Harmonie
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment :
Cartes Pokémon : où commander le coffret ...
Voir le deal
64.99 €

[Halo] Nol Akamee, simple mais vivant...

3 participants

Aller en bas

[Halo] Nol Akamee, simple mais vivant... Empty [Halo] Nol Akamee, simple mais vivant...

Message  Akamee Jeu 10 Juin - 22:40

2573. La paix, pour une fois, reigne sur ce vaste univers entre les diverses races qu'il comporte. Mais la paix n'est jamais éternelle. Les Humains prospèrent enfin sous le juste gouvernement de Hood. Les Unggoys ont été reconnus pour leur ingéniosité et sont maintenant une référence en matière d'innovation en armement. Les Sangheilis, eux, se retrouvent confrontés à quelques problèmes internes. Les relations entre ces trois races sont variantes. Mais pour l'instant, le calme dure...

Nous sommes le 22 mai 2573. Quelque part dans l'espace, vogue un transporteur d'assault ancienne génération. À en croire la coque de cet imposant vaisseau, il a connu plusieurs batailles. Ce vaisseau, nous l'appellerons le "Life this War". Le "Vivre cette guerre".
À l'intérieur, dans la salle de commandement du "Life this War", regardant les écrans de contrôle de ses yeux dont l'un était barré d'une cicatrice, un individu doté d'une armure dorée qui scintillée aux lumières artificielles de la salle, commandait ce vaisseau. Ce Sangheili, vous le connaissez.



PROLOGUE

Quand la guerre s'est terminée. Je me suis assis, et j'ai pensé. J'ai pensé à tout ce que j'avais traversé, pensé à tous ceux qui sont morts pour la cause, notre cause, la cause de nos alliés. J'ai pensé à mes frères, j'ai pensé à nos amis, j'ai pensé... à mon fils.
Vous vous souvenez de moi. Vous avez suivis mon histoire jusqu'à la fin d'une guerre. La fin d'une guerre signe souvent l'arrivée d'une autre. Vous allez encore me suivre, car mon histoire, mon histoire est loin d'être terminée. J'ai vécu cette guerre, j'en vivrais une autre. Je suis le commandant du "Life this War", un transporteur d'ancienne génération et mon nom a traversé l'histoire : Je suis Nol Akamee.

<Transporteur d'assault Life this War>
<22:13, 22 mai 2573>
<Quelque part dans l'espace>

Nous étions à la recherche d'un vaisseau Kig-Yar, celui-ci était recherché pour trafic d'armes à haute performance sur les territoires Sangheilis. La guerre ne sévissant plus, nous étions souvent envoyés pour des missions, je dirais banales. Mais quand vous êtes dans l'espace avec un vieux transporteur de génération 2553 et que vos radars rendent l'âme, la banalité disparait un peu, et tout l'équipage est enervé. Nous venions juste de repérer un contact qui semblerais être notre cible mais l'équipement nous a lâcher à ce moment précis. Je regardais du coin de l'oeil, Sino Vlacee, l'un des opérateurs du poste de commandement, essayer de réparer ce... Je ne trouves pas d'injures assez grande pour décrire ce radar.
Vlacee était jeune et grand, il devait facilement dépasser les 2 metres 60. Mais sa taille ne pouvait en rien l'aider à venir à bout du radar qui avait décidé de n'en faire qu'à sa tête.

- Je suis désolé commandant, si vous me le permettez, les équipements du Life, c'est vraiment de la vieille...
- Je sais, c'est pour ça que je l'aime. Les nouveaux vaisseaux sont résistants certes, mais ils sont dur à manoeuvrer. Répondis-je.

Il n'abandonna pas ici et continua à trafiquer l'outil en faisant des étincelles aux alentours. Une étincelle bleue se produisit sur tout le circuit, surpris par celle-ci, Vlacee se cogna le haut de la tête sur la console, puis se releva pendant que tout le monde riait. Moi même j'emettai un petit sourire.

- C'est bon j'ai réussi, il fonctionne. Pour combien de temps, je préfere pas le savoir. Annonça il.
- Parfait, lancement du scan...

Le radar affichait un contact droit devant, un contact que l'on ne pouvait identifier car ce vaisseau était aparemment invisible.

- Activez les brouilleurs, il faut savoir ce que c'est.

Le Life envoya un signal au vaisseau inconnu pour brouiller son camouflage, au bout de quelque secondes, celui-ci apparu sur les écrans. Il était près, tellement près que la collision était presque imminente.

- Manoeuvre d'esquive ! Accrochez vous ! M'exclamai-je.

Le Life fit une légère rotation sur la gauche pour éviter que l'avant ne soit touché puis une rotation sur la droite pour éviter que l'arrière le soit. Le vaisseau inconnu éteigna ses réacteurs derriere nous, il envoya rapidement une communication au Life.

J'appuyai sur le bouton pour entendre ce que l'officier commandant avait à nous dire et l'engueuler par la même occasion. Un Sangheili dans une armure assez spéciale apparu à l'écran. Sur son épaulette, il y avais écris UPS.

- Salutations commandant, je suis le professeur Gallinomee de l'Université des Pilotes de Sanghelios. Mes excuses pour cette peur soudaine. C'est aujourd'hui l'examen pour les jeunes apprentis pilotes et apparemment la nouvelle génération ne manie pas très bien les croiseurs civiles.
- Qu'il ne sache pas le manier, je veux bien comprendre, mais pourquoi s'être mis en mode furtif. Demandai-je.
- Ca c'est les jeunes, ils veulent essayer tous les boutons...

Je regardai les opérateurs de ma salle de commandement, ils étaient tous aussi stupéfaits que moi.

- Bon d'accord, il n'y a pas eu d'incident, soyons en heureux. Annoncai-je en éteignant les communications.

J'eu une petite reflexion sur ce sujet. Depuis la fin de la guerre et le rapprochement entre Sangheilis et Humains. Nos enfants devenaient de plus en plus... libre d'agir par eux même. Un peu trop libre à mon avis, car l'éfficacité se perdait. Mais l'armée restait le domaine où leurs libertés s'arrêtaient. Avec des vétérans comme R'tas, Thel et moi au contrôle d'une grande partie des forces armées, les jeunes savaient qu'ils devraient se montrer efficace et respectueux.
Je sortis de mes pensées pour me tourner vers les opérateurs de communication.

- Transmission à l'équipage.
- À vos ordres. Répondit l'un des opérateurs en bidouillant son interface.

Je me raclai la gorge puis commençai à annoncer la nouvelle à l'équipage. Cela faisait deux semaines que nous étions partis.

- À tout l'équipage, ici le commandant Akamee. Faites vous beau à voir, nous rentrons chez nous.

Je pouvais imaginer maintenant la bonne humeur présente dans le vaisseau, même si nous n'avions pas repèré le trafic clandestin d'armes, nous allions tous revoir nos foyers.

[...]

<6:48, 23 mai 2573>
<Quai N°12 de l'êtat civil>
<Sanghelios>

Nous venions d'amarrer le vaisseau et l'ascenseur gravitationelle allait nous faire poser pied sur notre planête natale, enfin.

Quand nous étions en train de descendre, l'on pouvait voir la foule qui attendait là en bas. Certains soldats avaient prévenus leur femelle de leur arrivé. Personnellement je n'ai prévenu personne, j'aime faire des surprises. Pendant que nous étions à mi-chemin entre les airs et le sol, dans l'ascenseur, Vlacee me parla.

- Vous rentrez comment ? Me demanda il. Je peux vous ramener si vous le désirez. Ajouta il.
- Non, ce ne sera pas nécessaire, j'ai mon véhicule personnel... et puis il y en a une qui t'attend me semble il. Lui répondis-je en lui tapotant l'épaule.

Celui-ci rigola, tout l'équipage était heureux d'être chez soi. Nous sommes arrivé sur la terre ferme et les couples se sont embrassés en se retrouvant. Puis les foules se sont vites dispersées chez eux.
J'étais maintenant tout seul sur le quai. Je ne voulais pas rentrer en Ectoplasm. J'ai un petit peu de mal à m'habituer à ces nouveaux transports. Déjà que le passage du Spirit au Phantom était assez mouvementé il y a quelques années... Maintenant que l'Ectoplasm prend le relai du phantom, le progrès n'arrete pas.
Et puis j'avais mon véhicule personnel, mon petit plaisir. Les pièces m'ont étaient offertes par les humains et je l'ai fait modifiée par nos ingénieurs. J'avais mon petit transport léger, les humains appelent ça simplement une moto. J'ai fais remplacer les roues par des modules antigravités de ghost mais j'ai gardé la majorité des pièces humaines. Je dois être le seul Sangheili à posséder un engin pareil.
Je m'approchai de l'apareil que j'avais garé ici avant le départ et elle s'activa au son de ma voix. Je me mis dessus et commença à tourner la pièce qui ce trouvait au "guidon" pour démarrer le deux roues. Le moteur humain faisant trop de bruit, j'avais du remplacer celui-ci par des pièces de propulsion de ghost. J'aime cet engin.
Le véhicule se mis à s'elever comme un ghost et j'accelerai, direction l'état d'Akam, chez moi.

[...]

<8:02, 23 mai 2573>
<Résidence d'Akamee, état d'Akam>
<Sanghelios>

J'arrivai enfin devant l'imposant portail de ma résidence. Celui-ci fut ouvert par les deux gardes qui me saluèrent respectueusement, puis j'entrai dans la cour avec mon véhicule. Je passai entre les les lignées de statues grandeur nature de sangheilis levant leur épée droit devant eux puis contournai la grande fontaine de la cour avant de garer mon véhicule à sa place habituelle.
L'engin éteint, je descendis de celui-ci et attrape mes bagages. J'étais chez moi, enfin. Je me dirigeai vers la porte et l'ouvrit silencieuement pour entrer. À force de voir le violet et le gris constant du Life, j'en avais oublié la beauté du hall d'entrée de ma demeure. Je marchai lentement, contemplant chaque recoin de ce foyer puis j'arrivai devant une étagère.
Sur cette étagère... à côté de l'insigne Spec Op et de petites décorations militaires, était posée l'holophotographie d'Ez'Nol.

J'amenai ma main vers cette photo pour la toucher, pour la regarder...

<FLASHBACK>

- Adieu père.
- Ez'Nol !!

<FIN DU FLASHBACK>

Je reposai la photo. Mes mains se mirent à trembler. Mon fils me manquait...
Une main vint se poser sur la mienne, je tournai la tête et vis Krana, celle-ci m'enlaca.

- Moi aussi il me manque. Déclara elle.

Je sentais ses larmes couler, je la serrai dans mes bras et lui caressai le bas du dos. Notre fils nous manquait à tout les deux, mais il ne fallait pas oublier... Il ne fallait pas oublier qu'il est mort en héros. Elle se calma puis me regarda dans les yeux.

Son regard était toujours aussi profond qu'au premier jour. Je l'aime.

- Je suis heureuse que tu sois rentré.
- Et moi je suis heureux de te voir toujours en bonne santé, c'est le principal pour moi.

Elle arrêta de m'enlacer.

- Je prefere serrer autre chose que ton armure. Déclara elle.
- Cette armure restera au placard jusqu'à nouvel ordre. Répondis-je en rigolant et en allant vers la chambre avec mes bagages.

Akamee
Apprenti
Apprenti

Messages : 49
Date d'inscription : 10/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

[Halo] Nol Akamee, simple mais vivant... Empty Re: [Halo] Nol Akamee, simple mais vivant...

Message  Akamee Jeu 10 Juin - 22:40

Chapitre 1 : Différents politique.


<7:12, 24 mai 2573>
<Résidence d'Akamee, état d'Akam>
<Sanghelios>


J'ai été reveillé par les rayons de soleil qui penêtrés dans la chambre. Krana était allongé sur moi, la tête reposant sur mon torse, mais mains caressants son dos. Elle est tellment belle quand elle dort. Je la déplacai très délicatement sur le côté pour pouvoir me lever, puis je la recouvrai.
C'était aujourd'hui l'une des réunions importantes des Seigneurs de Sanghelios à l'état civil. Nous devions débattre des différents politiques qui sont responsables de certains problèmes internes à la nation, et faire le choix entre trois parties qui se disputaient l'état civil.
Il y avait le partie économique, leurs militants veulent faire du commerce avec les humains de facon importante. Personnellement je ne pense pas que ca soit une très bonne idée.
Il y a aussi le partie militaire dont je suis un membre important, nous voulons avant tout la sécurité complete de notre monde pour pas que d'autres conflits nous sois fatal.
Puis il y a bien sur, le partie religieux. Ces types croient encore un peu aux mensonges des prophètes même si mentir leur a causés la mort. Je trouve ce partie dangereux, il regroupe des fanatiques et il y a eu vent qu'un village aurait été pillé il y a quelques mois par leurs militants.
Il ne valait mieux pas que ce soit eux qui prennent le pouvoir.

Je me dirigeai vers la penderie pour prendre ma combinaison civile et l'enfiler. Cette sensation de légèreté, ne pas porter une armure de combat, ca donnais envie de rester et de profiter de la lumière de Sanghelios.
J'ouvris la porte de la terrasse et j'allai sur le balcon pour m'étirer un peu. Deux des trois soleils de Sanghelios étaient au dessus de l'état d'Akam, à faire deferler leurs rayons chauffants. Je m'appuyai sur le bord du balcon et regardai le parc de la résidence, l'étang qui y coulait...
Mais je fus pris d'une douleur à la poitrine, une douleur quotidienne. La marque. C'est comme si la marque de la honte ressurgissait tous les jours dans un breve douleur atroce, la même que l'on ressent quand on sent le fer toucher notre peau. Je préfere effacer ce jour là de ma mémoire. Pour toujours.

Je descendai l'étage par l'escalier d'honneur pour arriver dans le hall. Je dis "Bonjour" à la photo d'Ez'Nol comme à ma petite habitude. Puis je franchis la grande porte pour arriver dehors. Puis je me dirigeai vers mon véhicule. Il était temps d'aller à cette réunion

[...]

<10:04, 24 mai 2573>
<Siège politique, état civil>
<Sanghelios>


Dans les larges couloirs de ce bâtiment, il n'y avais personne. Je marchai vers la salle où se tenait cette réunion et vis une silouhette familière devant la porte, j'approchai, celui-ci me salua.

- Rtas content de te voir ! Déclarai-je.
- Bonjour Nol, bien rentré hier ? J'aurais voulu passer mais j'imagine que tu étais fatigué.
- Tu aurais du, je suis toujours là pour accueillir les vieux amis. Alors comment ça se passe là dedans ?
- Eh bien, comme tu dois l'entendre par toi même, (Plusieurs injures se faisaient entendre à travers la porte) ils ne s'aiment pas trop.
- J'imagine... Eh dis donc, les religieux avaient une chose à annoncer, ils l'ont déjà fais ?
- Oui. Leur projet est completement absurde. Ils veulent conserver de bons rapports avec nous soit disant parce qu'ils se battent pour la sécurité de Sanghelios également, mais leur plan de sécurité est...
- Racontes.
- Ils veulent faire commes les humains l'ont fais, des êtres modifiés physiquement. Ils disent que c'est pour garantir la sécurité de la planête mais personne ne semble vraiment les croires.
- Je vois... Ont ils au moins parler aux humains de ceci ? Ont ils au moins conscience des dégats que ces expériences peuvent causer ? Des morts que cela peut encaisser ?
- Ils sont prêt à tout pour remporter les elections...

Je grognai pour exprimer mon dégout.

- Je prefere ne pas en entendre plus, je crois que je vais rentrer, tu pourras leur dire que le seigneur Akamee a eu un contretemps ?
- Pas de problèmes. Et au fait Nol... Il s'arreta un instant. J'ai deux mauvaises nouvelles pour toi.
- Commence par la moins pire.
- Tu repars ce soir pour une mission de sauvetage. Je suis désolé, un transporteur dîplomatique des religieux est tombé en panne réacteurs au milieu de l'espace et ils ont besoin d'aide.
- Bah j'imagine pas la deuxieme nouvelle... Dis-je en soupirant.
- Ton équipage va être completé par des militants religieux. Termina Rtas.

Je soupirai longuement puis je relevai la tête avant de me retourner pour marcher vers la sortie du siège. Je fis un bref signe de la main à Rtas pour lui dire aurevoir, je n'ai pas vu sa réponse mais j'imagine qu'elle était la même. En tout cas, j'allais à nouveau devoir partir en fin de journée.
Il y a quelques mois, on m'a parler de prendre 2 semaines de congé pour moi, je pense que je vais revenir sur ma décision et finir par les prendre.
J'arrivai vers la sortie mais j'entendis quelqu'un m'appeler derriere moi. Je me retournai et vis un Sangheili en surevêtement rouge, un membre du partie religieux.

- Seigneur Akamee, attendez ! Cira il.
- Alors seigneur Shinsen, que se passe il ?

Il s'arrêta et souffla. Le seigneur Shinsen n'était pas un sportif vue qu'il n'était pas de l'armée, il reprennait son souffle difficilement.

- J'ai crus comprendre que c'était vous qui partirai au secours de nos frères, Akamee.
- Eh bien oui, pourquoi ? Cela pose il un problème ?
- Non, non pas le moins du monde, je tenais juste à vous avertir que vous serez accompagné du commandant Vifenee.
- Je serais enchanté de faire sa connaissance...
- Je ne vous dérange pas pour vous avouer uniquement ceci... Gardez ça entre nous, mais Vifenee est le tout premier succès et le dernier survivant de la premiere selection de super soldats Sangheilis.

Puis il reparta naturellement vers ses occupations après m'avoir avouer ceci. Ces mots, "premier succès, dernier survivant", ces mots signifiaient à la fois que les expériences avaient déjà débutées et qu'il y avais eu des morts. D'après ce que l'on savait sur ce projet, il visait à créer des super soldats, encore plus fort que les spartans humains, à partir de sangheilis adultes, au contraire des humains qui utilisaient des enfants.
Gardant cela en tête je ressorti du bâtiment et démarrai mon véhicule pour profiter, chez moi, de mon après midi de libre avant de repartir.

[...]

<20:57, 24 mai 2573>
<Résidence d'Akamee, état d'Akam>
<Sanghelios>


J'avancai vers la salle d'armes. Je sortis mon armure dorée de la penderie. Les jambes, les bras, l'armure protêgant le torse en plusieurs parties... Il ne me restai plus qu'une chose. Je me tenait debout, droit à regarder mon casque dans mes mains. Une main se posa sur ce casque et je vis apparaître le visage de Krana en reflet sur ce même casque, j'amenai mes yeux à regarder les siens, puis je lui carressai délicatement le visage.

- Je reviendrais vite. Lui annonçai-je.
- Reviens moi, c'est le principale. Je t'aime.

Nous nous embrassâmes et je m'en allai. Elle resta seule dans la salle, pensive...
Dans le hall d'entrée, je pris mon sac sur l'épaule et sortis. Je me rendai à pied chez le seul membre de mon équipage à habiter dans l'état d'Akam : Vlacee. J'arrivai au portail de ma résidence, il fut ouvert.

- Bonne chance mon seigneur. Déclara l'un des deux gardes.
- Merci, merci beaucoup...

Puis je quittai ma résidence pour arriver dans les rues sombres. Les rues étaient calmes il y avais quelques véhicules aériens civils au dessus mais au sol, c'était calme...
Après quelques minutes de marche, j'arrivai devant la maison de Vlacee, je frappai à la porte, un jeune Sangheili ouvrit.

Il me vis et baissa la tête, il était déjà suffisamment petit comme ça alors le fait qu'il baisse la tête le faisait presque entierement disparaître de mon champ de vision. Il se retourna.

- Père, c'est pour vous.

Vlacee arriva et me salua.

- Bonsoir mon commandant, je vous attendais.

En effet, il était déjà dans son armure rouge et son sac à la main, Vlacee était quelqu'un de très ponctuel. Son fils paraissait triste de le voir partir, déjà.

- Vous reviendrez père ? Demanda il.

Vlacee mit sa main sur la tête de son fils et il s'accoupit pour essayer de se mettre à sa hauteur.

- Bien sur, je reviendrais très vite et quand je serais revenu, je t'amenerais faire un tour avec moi en Ectoplasm, toi qui a toujours voulu voir Sanghelios depuis l'espace. Lui dit il en souriant.

Il se releva et dit aurevoir à son fils, il semblait lui aussi triste de devoir quitter sa famille à peine retrouvée. Je lui posai ma main sur l'épaule.

- Ca va aller, on va faire vite et après j'espere tous vous obtenir un congé.
- Merci commandant. Répondit il.

Nous nous dirigâmes alors tout deux vers l'aire de décollage qui se trouvait à proximité de la maison de Vlacee et nous montâmes dans un Ectoplasm direction les quais pour embarquer dans le Life this War.

Akamee
Apprenti
Apprenti

Messages : 49
Date d'inscription : 10/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

[Halo] Nol Akamee, simple mais vivant... Empty Re: [Halo] Nol Akamee, simple mais vivant...

Message  Akamee Jeu 10 Juin - 22:41

Chapitre 2 : Coup d'êtat... Trahison.



<9h26, 27 mai 2573>
<Transporteur "Life this War">
<Quelque part dans l'espace>


C'était le troisième jour de mission et nous n'avions toujours pas pu entrer en contact et localiser le vaisseau des religieux, il devait être là, quelque part à attendre qu'on lui porte secours. J'étais pensif. J'étais pensifs vis à vis des "étrangers" à bord de mon vaisseau. Je regardais les quelques gardes symboliques du partie religieux. Ils avaient exactement la même armure qu'un ancien garde escorte des prophètes. Cela faisait penser à un triste retour dans le passé. Mais ils n'étaient pas la principale occupation de mon oeil... Il se tenait droit, les mains dans le dos à faire les cent pas dans la pièce. Le commandant Vifenee, celui dont on m'avais parlé. Le premier "Super Élite". Je ne l'avais pas vraiment approché de très prêt mais je l'ai vu à côté de Vlacee. Vlacee était un grand costaud qui mesurait un peu plus de 2 metres 60, Vifenee... était encore plus grand. Il avait la traditionelle armure argentée, l'identifiant comme Ultra mais cette armure était ornée d'une écriture ancienne sur les épaules et les jambes. Son casque avait lui aussi des étranges décorations rouges. Ce Sangheili était une montagne de muscles à premiere vue.

Il aurait pu dissuader n'importe qui de le regarder dans les yeux. Mais je ne suis pas n'importe qui...

Vlacee avait quitté la salle pour allait regler sur place, une anomalie dans les systèmes de ventilation prêt des capsules de sauvetage du vaisseau et nous étions tous fatigués, le vaisseau en difficulté restait introuvable et les religieux demandaient un rapport de la situation toute les demi heures.
Je me levai de mon siège pour faire le tour de la salle en parlant à chaque opérateur. Quand tout à coup...

- Commandant Akamee ?

Je me tournai vers l'opérateur des communications longues portées.

- Un contact ? Demandai-je.
- Oui, il nous vient de Sanghelios, une fréquence publique, c'est étrange qu'elle nous parvienne...
- Isolez le signal, nous allons écouter.

La liaison fut établie, personne dans la pièce ne pouvait savoir qui était à l'origine de cette transmission. Rapidement une image nous parvint ainsi que des sons.

- Qu'est-ce que... L'opérateur s'intterogea.

Nous pouvions entendre des tirs de plasma et voir des bâtiments s'effondrer ainsi que des véhicules aériens de faire transpercer par des rayons. Un Major apparu à l'écran, il releva le soldat qui semblait tenir la camera et nous pûmes voir l'étendue d'un champ de bataille... sur Sanghelios. Les deux guerriers se mirent à couvers derriere des gravas de bâtiment. Le Major se mit à parler.

- Transmission établie ? Commandant vous me recevez ?!
- Nous vous recevons, que se passe il ?
- Ca a degeneré en pleine matinée, l'assemblée des officiers commandants à était assiégée par les forces religieuses, en grand nombre. Maintenant ca tire de tous les côtés dans les rues ! Il se tourna vers un minor. Prenez position sur ce canon !
- Tir d'Ectoplasm !! S'égosilla un autre minor avant que la liaison soit définitivement coupée.

Nous avions perdus le contact.

- Sanghelios ? Sanghelios répondez !
- Contact perdu commandant.

Je cognai la console de communications de mon poing avant de me redresser et de me tourner vers les opérateurs de pilotage.

- Abandon de mission, changement de coordonnées, il faut regagner Sanghelios au plus vite.

Un léger bruit attira mon attention, un bruit que je n'avais pas vraiment entendu depuis longtemps : celui d'une arme que l'on charge. Un objet toucha le côté droit de ma tête, je ne me retournais pas. Je les avaient oubliés, les soldats religieux présents à bord se mirent à prendre position dans le poste de commandement et à braquer chaque opérateur de leurs armes. Je savais que celui qui était derriere moi, était Vifenee.

- Asseyez vous Akamee. Dit celui-ci d'une voix sans la moindre expression.
- La trahison se paiera chere. Qu'allez vous faire ? Demandai-je en m'asseyant sur le fautueil de commandement.
- Nous allons prendre le contrôle de ce vaisseau grâce aux codes de commandement que vous allez me donner.

Avec les codes de commandement, Vifenee pourrait prendre les commandes du Life et l'utiliser contre nos alliés et nous utilisant nous, comme otages à bord du vaisseau... comme bouclier. Je regardais autour de moi, les opérateurs étaient tous sous la menace d'une arme. Mais l'un d'eux se mit à se lever violemment. il attrapa l'arme du garde se trouvant à proximité de lui et l'assomma avec la crosse, il s'appretait à tenir l'arme en joue quand je sentis un courant d'air passer à côté de moi.
Vifenee avait beau être grand et imposant, il en était également rapide. Il s'est en quelques secondes retrouvé en face à face avec l'opérateur. Il était beaucoup plus grand que lui. Il saisissa le bras armé de l'opérateur qui fut envahi par la peur, regarda celui-ci quelque secondes, lui posa son pied sur le torse et tira le bras vers lui. Le bras s'arracha dans un craquement d'os plus qu'effrayant.
Vifenee laissa le bras tomber sur le sol, le sang coulait abondemment. L'opérateur hurlait de douleur mais Vifenee ne s'arrêta pas là. Il l'attrapa par le coup, le souleva du sol et le plaqua contre un mur dans un bruit sourd. L'opérateur semblait avoir du mal à respirer et du sang sortait encore de son épaule.
Vifenee détâcha son regard de celui de sa victime et me regarda.

- Je n'aurais aucune tolérance.

Puis après avoir dit ça, il embrocha la poitrine de l'opérateur... à mains nues.
Quand il retira sa main, le cadavre du Sangheili s'écroula sur le sol et le mur déjà violet sur lequel il avais été plaqué, était maintenant d'autant plus tâché de sang.
En voyant cela, sans ne rien pouvoir faire... Je ressenti ce qu'il y a maintenant plusieurs temps, j'ai voulu faire disparaître de mon être. Je ressentis l'envie de tuer. L'envie de vengeance.

Je me relevai soudainement et me jetai vers Vifenee en hurlant mais je fut saisis par deux gardes qui me retinrent par les bras.

J'essayais d'avancer en ne lâchant pas le regard surpris de Vifenee. Tout le monde dans la pièce devait être surpris car j'arriver à avancer malgré les deux gardes qui me retenaient. ils glissés sur le sol et un troisième dut se placer devant moi pour tenter de me faire reculer. Un quatrième arriva et me donna un coup derriere chaque genou. Par reflexe nerveux je tomba à genoux, les deux premiers me tenaient toujours par les bras. Vifenee s'approcha.

- Bien... Donnez moi les codes, et je garderais les autres en vie.

Je repris mon souffle et essayai de me calmer.

- Vous n'aurez jamais ces codes. Fis-je simplement.

Il soupira, se retourna, dégaina son pistolet à plasma nouvelle génération et tira dans la tête d'un deuxième opérateur qui tomba de son siège et laissa une marre de sang s'écouler de son crâne. Cela faisait monter la haine déjà grandement présente dans mon esprit. J'essayai de me dégager et même de me relever.

- Espèce de...
- Dois-je continuer ? Me coupa il.

J'essayai de me calmer, si je ne le faisais pas, un autre frère allait mourir. J'arrêtai de gigoter et je soufflai un peu. Je baissai la tête.

- C'est d'accord, je vais entrer les codes de commandement du vaisseau...
- Bien. Amenez le près de la console principale.

Après m'être fait relevé par les gardes, je fut amené, je dirais presque trainé devant le tableau de contrôle du vaisseau. Un de mes bras fut dégagé, je posai ma main sur la console et désactivai commandement restreint. En faisant cela, j'ai perdu mon vaisseau... j'ai perdu mon commandement. Je baissai la tête mais je savais que j'avais fais le bon choix.
Vifenee s'approcha de moi, et entra les coordonnées de Sanghelios pour les envoyer dans la console de pilotage.

- Nous allons à Sanghelios, j'ai un colis à livrer. Dit il toujours sans la moindre expression.
- Un colis ?
- Vous. Quand ils m'ont fais part de votre personnalité, de votre force, de vos exploits. J'ai eu du mal à y croire, mais ici à l'instant... J'ai vu que vous êtes assez spécial Akamee.
- Où voulez vous en venir ?
- Nous allons vous faire transferer dans un laboratoire et faire des tests sur votre personne, puis vous subirez les expérimentations que j'ai subi pour devenir l'un des notres.

Quand on vous annonce que vous allez devenir un super soldat, plus puissant que n'importe qui... comment réagissez vous ?
Je me suis dis que ce n'est pas ça, être un guerrier. Quand j'ai lu le dossier et vu les êtats de services de Vifenee. J'ai vu que c'était un soldat juste, un soldat que tout commandant aurait rêvé avoir dans sa compagnie. Maintenant, ils en ont fait un monstre, un tueur qui ne ressent plus rien.
Qu'est-ce que je dis ? Un tueur qui ne ressent plus rien ? J'ai l'impression de parler de moi il y a quelques temps... Quelque chose a resurgie en moi, une chose que j'aurais voulu effacer de mon être, mais cette chose reviendra à jamais car je suis fais pour ça. La guerre. Le sang. La mort. Tout cela est de retour.

Je marchai les mains sur le casque dans les couloirs du Life, escorté par au moins 6 gardes. Il y avais des cadavres de minors entassés sur les côtés des couloirs. Ils avaient été massacrés, ne sachant quoi faire. Nous arrivâmes près des transports d'urgence quand un bruit résonna dans le couloir sombre. Le chef du groupe fit arrêter la marche pour inspecter les lieux. Les capsules de sauvetage s'ouvrirent alors et une bonne dizaine de minors s'engouffra dans le couloir. Dépassés par le nombre, les gardes religieux posèrent leurs armes au sol et furent contraints de se mettre face au mur. Je vis alors une armure familière se diriger vers moi : c'était Vlacee.

- Ca va commandant ? J'ai vu ce qui s'est passé grâce au réseau de cameras. Nous tenons encore une petite partie des vaisseaux, j'esperais justement vous intercepter.
- Merci Vlacee, merci beaucoup, mais il faut vous rendre. Nous avons déjà eu trop de morts et...
- Alors c'est le célèbre Nol Akamee qui nous demande de nous rendre ?
- ... Avez vous un autre plan ? Demandai-je.
- Oui, nous allons occuper les gardes et semer le trouble à bord pour vous laisser le temps de vous échapper avec une capsule.
- Aucune coordonnée n'est entrée, je vais dériver dans l'espace.
- Cette mission de sauvetage n'était que mensonge, nous sommes dans le même coin que là où les trafiquants Kig-Yar passent. Ils vous recupereont certainement.
- Bien. Merci Vlacee, je ne vous oublierais pas.
- Moi non plus commandant. Et prenez ceci, je l'ai trouvé dans vos affaires, votre bureau est encore sous notre contrôle.

Il me donna mon épée, je l'attachai à son emplacement habituel puis le remerciai d'un signe de tête avant d'entrer dans la capsule de sauvetage et de quitter le vaisseau.
Je me demandais... combien allaient mourir ? Pas seulement sur le vaisseau mais aussi sur Sanghelios. Le pouvoir est il si convoité que cela pour déclencher une guerre civile ? Je pensais à l'état d'Akam. Ses familles... ma famille. Krana. J'espere qu'elle est en sécurité.

<14:15, 27 mai 2573>
<Capsule de sauvetage LTW2>
<Quelque part dans l'espace>


La capsule se mit à bouger, je regardai par le hublot et vit qu'un vaisseau était en train de la tracter vers lui. La capsule recu une communication de ce vaisseau, je reconnus clairement le dialecte Kig-Yar mais ne pus en aucun cas le comprendre. Tout ce que je pouvais faire, c'était constater que ma vie était maintenant entre leurs mains.

Akamee
Apprenti
Apprenti

Messages : 49
Date d'inscription : 10/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

[Halo] Nol Akamee, simple mais vivant... Empty Re: [Halo] Nol Akamee, simple mais vivant...

Message  Akamee Jeu 10 Juin - 22:41

Chapitre 3 : Sanghelios, au milieu d'un conflit.

<12h59, 27 mai 2573>
<Êtat civil ravagé>
<Sanghelios>

Le quartier militaire de l'êtat civil avait était longuement bombardé par les forces religieuses, jugées trop faibles pour causer des dégats. Le résultat était tout autre. Des gravas de bâtiments bloquaient certaines routes, sous ces gravas se trouvaient déjà les premiers morts d'une guerre interne à la planête.
Un de ces bâtiments résistait pourtant très bien à ces multiples assaults, il était défendu par une division entière de Spec Ops entrainés. Ces soldats auraient donnés leur vie, et l'ont d'ailleurs donnés, pour deux de leur frères.
Ces deux Sangheilis, comment ne pas les connaître ? Ils se dréssés tous deux, sur le toit du quartier général des officiers commandants, l'un d'eux, regardait l'horizon avec ses jumelles. Il abaissa celles-ci, laissant appraître ses yeux bruns.
Le deuxième Zélote, à côté de lui, avait appuyé son coude droit sur un muret et semblait se caresser le visage avec son bras gauche. Il fallait voir son profile gauche pour remarquer ce qu'il touchait réellement.
Ils étaient tous deux là haut, eux qui ont vécus tant de choses ensemble... Rtas et Thel voyaient Sanghelios sombrer dans la guerre.

- Combien ? Demanda soudainement Thel. Combien sont ils, d'après toi ?
Rtas soupira avant d'appuyer son deuxieme bras sur le muret.
- Un bon millier. Nous ne sommes que 50... C'est nous qu'ils veulent. Continua il
- Alors nous allons nous offrir. Dit Thel sans expression. Utilisons les derniers Ectoplasm pour évacuer nos troupes.
- Ils se feront abattre avant d'aller trop loin. Rtas marqua une petite pause, puis se redressa. À moins que...
Thel se mit à rire et activa une épée à energie.
- À moins que nous occupions nos chers invités. Tu me suis ? Demanda il à Rtas, connaissant déjà la réponse.
Rtas activa son épée à son tour.
- Comme toujours.

[...]

Pendant ce temps, au sol, les forces religieuses, ayant déjà penêtrées l'intérieur de la cour, essayent d'enfoncer la porte principale du quartier général. Deux gardes religieux standards étaient en train d'essayer d'ouvrir la porte, sans grand succès.

Ils étaient armés du dernier modele de carabine. Cette arme à la base violette, assez un claire, était maintenant d'un bleu vif et semblait un peu plus légère que sa précédente version. Cette arme pouvait percer un lourd blindage, les technologies avaient beaucoup évoluées.
Les deux gardes semblaient déterminés à ouvrir cette lourde porte rougâtre mais n'y parvenaient pas. Quand tout à coup... celle-ci s'ouvrit, mais dans l'autre sens. En effet quelque chose avait littéralement défoncé les portes qui s'étaient entièrement décrochées et qui sous le coup ont fais chuter les deux soldats religieux.

L'un des deux grogna brievement avant de se relever, l'autre semblait avoir pris un coup plus fort et était encore au sol. Celui qui se tenait debout fût embrassé par un éclair bleu, transpercant à la fois son armure et son corps. Il s'écroula à terre sans avoir le temps de crier. Le silence sse fit partout autour de ce cadavre. L'endroit où les portes se trouvaient était envahi par la fumée, mais deux formes distinctes se dégagèrent de ce voile de fumée, puis quand ils arrivèrent sous les rayons des trois soleils, leurs armures dorées éblouissèrent les religieux à proximité. Bien sur, le tir avait été effectué par Rtas. Il ramena sa carabine encore fumante sur son épaule, regardant sa cible, au sol, le sang coulant abondamment du trou au niveau du coeur.
C'est alors que le deuxième soldat, jusqu'alors sonné par l'explosion de la porte, repris connaissance et remarqua qu'une chose l'empêchait de se relever.
Cette chose était le pied de Thel sur son torse, Thel qui, en voyant qu'il était reveillé, se mit à appuyer de plus en plus fort sur le torse du soldat, pris au piège. Celui-ci eu le reflexe nerveux que d'écarter ses mandibules, Thel en profita pour loger le canon de sa carabine dans la bouche de celui-ci et tira. Le tir puissant traversa le crâne et toucha le sol, la tête du soldat tomba en arriere et commenca à déverser une marre de sang sur le sol.

Un autre soldat religieux, horrifié par cette scène, donna l'ordre de tirer sur... L'ENNEMI ! Il n'y en avait qu'un seul ?! Où étais passé le deuxième ? Il ne l'avait pourtant pas quitté des yeux, tout le monde, sauf Thel, étaient en train de chercher Rtas du regard quand un cri attira l'attention de tous.
Là, derriere cette ligne d'une dizaine de soldat, Rtas avait planté son épée à energie dans le dos du soldat ayant donné l'ordre.

Celui-ci hurlait sans cesse, la douleur devait être inimaginable. Mais Rtas ne s'arreta pas là... La lame avait transpercé le dos pour dépasser du bas ventre. Rtas remonta son épée, toujours plantée, jusqu'au torse du malchanceux soldat qui perdait, en plus de son sang, ses organes vitaux. Ce pauvre guerrier se retrouva privé de vie en quelques secondes par les mains de Rtas, qui décrocha son épée de sa proie et d'un coup de pied, la jetta en avant. Le cadavre s'écrasa au sol dans un bruit visqueux. Le regard du mort semblait être inanimé depuis une éternité et avait laissé place à une expression de terreur.
Plusieurs armes tombèrent sur le sol, plusieurs religieux reculaient en tremblant, ne pouvant lâcher du regard, et leur camarade défunt, et son meurtrier sanguinaire. Ils partirent mais certains, les plus courageux décidèrent d'affronter la mort, et d'y rester.

[...]

Après plusieurs minutes d'une bataille gagnée d'avance, Thel retira son épée du torse du dernier soldat ennemi, celui-ci ne pouvant plus tenir sur ses jambes, il s'écroula en arrière. Il rejoigna Rtas qui se dressait au dessus d'un cadavre.

- Rtas ?
- Aujourd'hui je me rappelle d'un lourd passé. Dit Rtas semblait éprouvée une grosse émotion.
- Nous avons toujours fais ça pour une cause juste, presque toujours.
- La dernière fois que nous avons dût tuer des frères...
- Nous regrettons tous les hérétiques, nous regretterons tous ces soldats, aveuglés par les ordres de leurs chefs. Assura Thel.
- Je dois aller chez moi, je dois faire ce que j'ai rarement fais, m'occuper de ma famille.
Thel mit sa main sur l'épaule de Rtas, il le comprenait.
- Allons y.

Puis les deux se mirent en marche vers la résidence des Vadumee, au centre du quartier militaire de l'état civil. Ils marchaient dans des rues dévastées et jonchées de cadavres. Dans une rue, plusieurs minors étaient allongés appuyés contre un mur, ce même mur, marqué par des grosses tâches de sang dégoulinant jusqu'à la tête de ceux-la. Il y avait des débris d'habitations partout, un bâtiment semblait avoir explosé de l'intérieur et avoir propulser des débris dans toute une ruelle, d'autres appartements étaient encore en feu avec certainement des cadavres en train de brûler à l'intérieur. Tout cela faisait grandir la pire crainte de Rtas.

Crainte qui se confirma, quand il vis un Ectoplasm appartenant aux religieux, se soulever depuis son jardin pour partir dans les airs.
Rtas se mit à courir, il franchit rapidement une cloture après avoir escaladé des gros débris, Thel avait un peu du mal à le suivre. Rtas penêtra rapidement chez lui, Thel arriva quelques secondes plus tard.
L'intérieur était silencieux, il n'y avait aucun incendie. Le couloir principal était très meublé et les murs ornés de décorations militaires et autres papiers de l'armée. Mais une chose attira les yeux des deux Sangheilis. Un bras dépasser au fond du couloir, dans un angle menant vers une pièce. Rtas sembla avoir la respiration coupée.

- La chambre des enfants. Dit il en tremblant.

Il se dirigea lentement vers ce bras, tourna au niveau de l'angle et tomba sur les genoues. Rtas, connu pour son fort esprit et son moral d'acier, pleura.

Thel s'approcha, Rtas tenait le cadavre d'un jeune Sangheili dans ses bras, celui-ci avait été purement, simplement exécuté d'un tir en pleine tête. Rtas pleurait en tenant fortement ce corps, puis il leva la tête vers le plafond et hurla, longtemps.

Quatre... Il y avait dans cette maison, dans cette chambre, quatre jeunes Sangheilis morts. Des âmes innocentes, des jeunes enfants qui ne demandaient qu'à vivre leur vie et à réussir comme leur modèle Rtas avait réussi. La monstruosité ne connaissait pas de limites. Le cinquième et dernier cadavre fut découvert également dans cette chambre. C'était une femelle, l'amour de Rtas.

Elle avait très certainement être la première à mourir, voulant protêger les enfants. Cette vision était horrible. Une très grande partie, presque la totalité du clan Vadumee, s'était aujourd'hui éteinte.

Thel compatissait grandement pour Rtas. Il ne l'avait jamais vu dans un tel état, Rtas a toujours été fort, il n'a jamais baissé les bras pour quoi que ce soit, mais même ceci, ce massacre était trop dur à supporter, même pour lui.
Il pensa soudainement à autre chose. Pendant que Rtas contemplait, impuissant, les cadavres de sa famille, Thel lui se redressa d'un coup.

- Akamee ! L'Ectoplasm est parti vers l'êtat d'Akam !

Puis il parta rapidement, il ne voulait pas laisser Rtas tout seul mais en était obligé, il devait arriver chez Nol, avant les ennemis, pour tenter de sauver une vie, sauver Krana.

[...]

<15:39, 27 mai 2573>
<Etat d'Akam>
<Sanghelios>

Thel était enfin arrivé devant le portail de la grande résidence de Nol. Ce portail était entierement détruit et les gardes gisaient morts sur le chemin. Leur morts semblaient récentes, il fallait faire vite. Il se mit à courir rapidement sur l'allée principale en surveillant les moindres recions du grand parc.
Quand il arriva devant la grande batisse, il vit l'Ectoplasm ennemi, posé sur le toit, il était peut être arrivé trop tard.
Il s'ôta l'idée de la tête et s'approcha
de la porte, il l'ouvris et un cadavre, apparemment appuyé sur celle-ci, tomba dans ses bras. Il le posa et l'observa, c'était un soldat religieux, il était en faite vivant, mais en très mauvais êtat. Sans trop chercher à comprendre il s'aventura dans le hall d'entrée. Arrivé au centre de la pièce, il tourna sur lui même pour inspecter rapidement les recoins mais se fit sauter dessus.

Quelqu'un le plaqua sur le sol et sa carabine glissa par terre. Se quelqu'un parla juste après.

- Oh pardon Thel, je ne savais pas que c'était toi !
- Woua... Râla Thel en se relevant. Krana, ça va ?
- M'oui, mieux que eux en tout cas.
Elle désigna plusieurs religieux qui gesticulés sur le sol, les pieds et poings liés et tous baillonnés.

Thel ria, puis repris son sérieux en repensant à Rtas. Il avait Krana, il fallait récupérer Rtas et quitter Sanghelios, le plus vite possible.


<14:17, 27 mai 2572>
<Capsule de sauvetage LTW2>
<Quelque part dans l'espace>

Le vaisseau attirait ma capsule vers lui, je ne savais pas ce qu'il allait advenir de moi... je n'y pensais même pas.
Je pensais à Sanghelios, la guerre devait dévorer la planête... Dévorer nos villes, mon foyer... Krana. J'y pensais.

<FLASHBACK>

Akamee était en train de revoir en détail son équipement, à bord du Shadow of Intent, quelqu'un lui parla derriere lui.
- Vous avez toujours ce sérieux, avant de partir ?
- Toujours.
- Pourquoi ?
- Je n'ai pas vraiment l'envie d'en parler.
- Vous êtes froid. Ca me plait.
- Mais qu'est-ce que vous... Dit il en se retournant avant de ne plus pouvoir trouver les mots.
Akamee était sous le charme de la beauté de la personne à qui il parlait, cette femelle était ravissante.
- Je...
- Vous ?
- Je suis... ravi de vous connaître, ma chere... ?
- Krana 'Ralsamnee, enchantée mon beau Commandant Akamee. Oh je dois y aller. Elle approcha son visage de celui-ci de Nol. A plus tard, mon beau commandant.

Akamee se retrouva seul avec son équipement. Il semblait parler tout seul.
- Beau commandant... Beau commandant...

<FIN DU FLASHBACK>

Akamee
Apprenti
Apprenti

Messages : 49
Date d'inscription : 10/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

[Halo] Nol Akamee, simple mais vivant... Empty Re: [Halo] Nol Akamee, simple mais vivant...

Message  Akamee Jeu 10 Juin - 22:42

Chapitre 4 : Un passé à oublier.


<14:20, 27 mai 2573>
<Capsule de sauvetage LTW2>
<Quelque part dans l'espace>


Une vibration m'avertie que ma capsule était maintenant amarrée au vaisseau. Par les hublots j'avais une petit vue sur les baies vitrées du transporteur, des Kig-Yar s'attroupaient dans les couloirs, devant la porte de la capsule, armés.
Tenter quelque chose aurait été sinonyme de signer son arrêt de mort, les Kig-Yar étant certainement très nombreux dans ce gigantesque vaisseau. J'attendais.

Le sas de la capsule commenca à vibrer brefement et s'ouvrit, laissant appraître plusieures formes dans le couloir du vaisseau. Il y avais un Kig-Yar de chaque côté du sas armés de carabine nouvelle génération, me braquant et prêts à m'abattre sur ordre. Puis au milieu, bloquant la sortie, un autre était derriere son bouclier bleuté. Celui-ci entra en restant sur ses gardes, il fut suivie par d'autres qui me menacaient de leurs armes en parlant dans leur dialecte, incompréhensible pour moi. Je compris néanmoins que je devais me mettre à genou et les mains sur mon casque. J'éxecutai et me mis à leur hauteur, le froid canon de la carabine d'un de ces soldats reposait sur mon visage pendant que l'intérieur de la capsule était fouillé. Lorsqu'ils eurent finis de tout fouiller et de me désarmer, ils me passèrent les menottes aux poignets et me forcèrent à me relever. Je sortis de la capsule et vis d'autres dizaines de Kig-Yar dans les couloir, en formation de défense très complexe. Ils étaient tous là pour me surveiller.
Une fois dans les couloirs, le sas fut refermé et la capsule renvoyée dans l'espace sur une centaine de metres avant d'être détruite par des tirs de tourelle à plasma.

Je fus donc amené sous grande escorte dans les nombreux couloirs de ce vaisseau Kig-Yar. Certains parlaient, sans doute de moi mais je ne pouvais les comprendre, je n'ai jamais eu le temps d'apprendre le dialecte Kig-Yar. J'ai été fraichement recruté à l'armée, agé de 19 ans.
Nous passâmes de nombreux couloirs remplis de Kig-Yar, certains reculaient en me voyant : même menotté, j'étais peut être un danger pour eux. D'autres semblaient me provoquer du regard en me bousculant dans ces étroits couloirs. Quand nous arrivâmes enfin devant le bloc carcéral du vaisseau, je fus conduit devant la porte énergitique d'une cellule qui fut ouverte et poussé dedans après m'être fais enlevé les menottes.
Puis ils partirent, simplement, me laissant sur place, dans l'ombre...

Durant ce temps passé en cellule, j'eus un petit moment de réflexion. Je pensais à ce qu'il aller se passer, sur Sanghelios. Si j'arrive à y retourner, je lutterais pour la libérer et faire payer cette trahison mais... Le fait de devoir tuer d'autres Sangheilis me tourmenter l'esprit car... Il y a tellement de temps que je ne l'avais pas fait...

[...]


<Heure indeterminée, 12 novembre 2549>
<Villa de Cled Akamee, Cité militaire>
<Sanghelios>


- Aller Nol ! (Bruit d'un coup de bâton) Souleves moi ce tronc !
- Il est trop lourd oncle Cled !
- Rien n'est infaisable pour un Akamee, aller du nerf !
(Le tronc d'arbre tombe au sol)
- J'en peux plus oncle Cled. Cela fait cinq heures que vous me faites porter ce tronc et trois jours que je n'ai pas mangé...
- Tu n'en peux plus ? Eh bien je m'en contrefiche, je n'hésiterais pas à te tuer à la tâche (Un autre coup de bâton)

...

J'avais à peine 16 ans. Mon père était beaucoup trop occupé pour m'initier au combat et m'enseigner les principes militaires.

J'étais très fier de lui, il occupait une haute place au siège de la Justice Militaire de Sanghelios. Mais ce poste ne lui permettait pas de me voir souvent, ainsi, je passait le plus clair de mon temps chez mon oncle Cled.
Cet horrible Sangheili, d'une méchanceté sans limite était un adorateur des Prophètes et aurait tout donner, même ma vie, pour leur obéir.
Il devait m'enseigner les rudiments de la vie d'un fier guerrier Sangheili. Mais il a plutôt fait de moi un soldat avant l'heure, une brute endurcie qui éprouve une haine contre tout être vivant.
En me forcant à dormir dehors, par nuits orageuses, en me forcant à ne rien manger quelques fois des semaines entières et en me faisant subir un entrainement hors du commun... J'avais l'impression qu'il voulais me voir souffrir et mourir.

Un jour, après un dur entrainement, il m'avais convoqué dans son bureau. Je me déplacais dans sa villa, en trainant le pas. Mes muscles me faisaient mal et mon moral était au plus bas. Cela devait faire si longtemps que je n'avais parlé à personne.
Il m'arrivais, quelques fois, de répondre aux grognements de faim que mon ventre émettait...

J'arrivai devant la porte ouverte du bureau de mon oncle, il était assis, tourné vers la fenêtre à regarder dehors. Je m'appretai à frapper à la porte.

- Entre.
- Vous vouliez me voir, oncle Cled ?
- ...Il y a des fois où je ne souhaiterais plus te voir. Il se racla la gorge puis reprit. Mais aujourd'hui j'ai besoin de toi Nol.
- De moi ?
- Oui. Tu m'as beaucoup déçu lors de ton dernier entrainement. Tu as laissé ta paresse et ta fatigue prendre le dessus sur ta force. Tu es un Akamee, tu es doté d'une force et d'une détermination que d'autres n'auront jamais mais je doute que cela se fasse sentir chez toi... Tu incarnes la honte de la famille.

Je ne dis rien et encaissai ses reflexions, comme à mon habitude.

- Mais j'ai trouvé un moyen pour toi de te racheter auprès de mon estime...
- Quel est il ?
- Mes chers voisins... Ceux que j'observent depuis plusieurs mois maintenant. Je les soupçonnent sous preuves, de préparer ou de faire partie d'un quelquonque complot d'hérésie envers la glorieuse alliance covenante.
- Et vous voulez que je trouve ces preuves pour les faire arrêter.

Il ria avant de prendre son fidèle bâton et de me donner un coup au visage, provoquant un léger saignement.

- Non. Tu as 16 ans, il est temps pour toi de te servir de ceci. Dit il en sortant d'une armoire, le manche d'une authentique épée à énergie.

J'étais si émerveillé devant cet objet, que j'en oubliais l'espace d'un instant, l'horrible mission qui venait de m'être confiée.

Je pris l'épée en main.

- Allumes la. Me dit mon oncle.

J'allumai la lame en la placant soigneusement loin de moi et de mon oncle, le bleu resplendissait sur cette lame, c'était admirable. Mon oeil était également attiré par le manche de l'arme, ces écritures anciennes...

- Qu'est-ce que cela veux dire ? Demandais-je en montrant les glyphes.
- Il est écrit "Montres toi fier et puissant, Nol".

Cette phrase, sortant des mandibules de mon oncle, une telle phrase venant de lui, cela me donnait une soudaine confiance et une toute nouvelle energie en moi. J'étais fier d'avoir cette arme, fier d'apartenir à la famille Akamee, fier de ce que j'étais.

- Maintenant pars. Me dit mon oncle.

Je quittai le bureau et m'engouffrai dans le couloir, avec ma triste mission mais... La fierté m'empêchait de voir l'immoralité du geste que je devais faire. Je devais causer la mort. Mon oncle m'interrompit avant que je sorte, il parlait d'un ton sérieux.

- Nol, n'épargnes ni la femelle... ni la progéniture.

Cette phrase me glaca momentanément le sang.

[...]


<Heure indeterminée, 12 novembre 2549>
<Maison des Fifleree, Cité Militaire>
<Sanghelios>


Dans cette modeste habitation, une famille allait trouver la mort. Pour l'alliance.

La premiere personne que je croisai fut la femelle, elle était dehors en train de s'occuper de hautes plantes décorants une façade de la maison, elle m'aperçu et me demanda ce que je faisais là.

- Eh bien, que puis-je faire pour le jeune Akamee ? Me dit elle en souriant.
Je ne savais pas quoi répondre, j'étais un peu sous le choc en pensant à ma mission.
- Je... je suis désolé.

Je baissai la tête et activai mon épée à energie, elle laissa tomber la plante qu'elle tenait dans la main et commenca à crier.
Fifleree, le chef de famille sortit rapidement, alerté par le cri. C'était un Minor qui était dans l'armée depuis déjà 15 ans. Il était connu pour êtr doté d'une gentillesse sans limite. Cela me faisait de la peine d'en arriver là.
Il me fixa assez longuement avant de s'interposer entre sa femelle et moi puis il s'adressa doucement à sa femelle.

- Rentre et veille sur les enfants...

Celle-ci s'empressa d'entrer dans l'habitation alors que lui, me parla.

- Doucement petit, si cela dois se passer comme ça, je ne suis pas armé, alors expliques moi, et tue moi par la suite.
- L'hé... l'hérésie doit se payer, par la mort.
- C'est ton oncle ? Me demanda il. Calmement.
- Je suis désolé, je n'est pas le choix.

Il ferma les yeux, hocha la tête et ouvris ses bras sur les côtés.
J'avançai, pensif, hésitant, puis je me disais que faire attendre la mort à quelqu'un n'était pas juste, je n'attendis plus. Je lui plantai au hasard mon épée dans son corps, au hasard, droit dans son coeur. Celui-ci s'écroula dans un assez long soupir. Dans sa chute, il entraina mon épée que je ne tenais pas fermement dans ma main.
Je m'empressais d'enlever l'épée de son corps et je regardais autre part, je ne voulais pas regarder la mort en face. Par malheur, je regardai vers la fenêtre du bureau de mon oncle, celui-ci avait observé la scène. Il hocha la tête, l'air satisfait et me fit signe d'entrer, de finir le travail.

Je pénêtrai lentement dans l'habitation, cherchant la femelle du regard, puis c'est en montant à l'étage, que je la retrouvai, dans une chambre, essayant de protêger ses deux enfants, de jeunes bambins de moins d'un an.

Ce jour là, un cri féminin accompagné d'un coup de tonnerre, fit sombrer la Cité Militaire dans un orage, comme-ci le ciel, pleurait les morts du jour. Étaient ils innocents ? Le saurais-je un jour ? Non...

Je sortai de la maison, ma mission accomplie, mon crime accomplie. Je fus pris d'un coup de colère, si bien que sous la pluie violente qui tombait, je jettai mon épée en direction d'un rocher, ne souhaitant ne plus la revoir...

[...]

Cette épée s'est retrouvée plantée à la verticale dans un rocher, toute la nuit, les éclairs l'ont frappés à plusieurs reprises.
Personne n'aurait pu savoir que cet orage était en fait la concentration de la haine de Nol. Chaque éclair qui frappé l'épée, chaque éclair transporté la colère, les sentiments noirs de celui-ci. Quand l'orage fut terminé, l'épée était le foyer de la haine du jeune Sangheili. Tous ces sentiments noirs, encaissés dans la lame, ont fait changer la couleur de cette même lame. L'épée d'Akamee, naquit...

Akamee
Apprenti
Apprenti

Messages : 49
Date d'inscription : 10/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

[Halo] Nol Akamee, simple mais vivant... Empty Re: [Halo] Nol Akamee, simple mais vivant...

Message  Archange Sam 12 Juin - 12:08

Bon ben maintenant il manque plus que la suite :p
Archange
Archange
Apprenti
Apprenti

Messages : 47
Date d'inscription : 10/06/2010
Age : 27

Revenir en haut Aller en bas

[Halo] Nol Akamee, simple mais vivant... Empty Re: [Halo] Nol Akamee, simple mais vivant...

Message  iron Sam 12 Juin - 14:55

Sympa, mais encore une fois le vocabulaire est assez spécial, comme pour tout les halo. Est-ce l'un d'entre vous pourrait faire un topic expliquant les mots les plus compliqués de halo? Ce serait parfait. Smile
iron
iron
Apprenti
Apprenti

Messages : 64
Date d'inscription : 09/06/2010
Age : 29
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

[Halo] Nol Akamee, simple mais vivant... Empty Re: [Halo] Nol Akamee, simple mais vivant...

Message  Akamee Sam 12 Juin - 22:01

Fais moi une liste de ce que tu trouve pas Very Happy

Akamee
Apprenti
Apprenti

Messages : 49
Date d'inscription : 10/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

[Halo] Nol Akamee, simple mais vivant... Empty Re: [Halo] Nol Akamee, simple mais vivant...

Message  iron Sam 12 Juin - 22:28

Shangeili, c'est une histoire d'Elite, pas vrai? :/

Et puis, une petite liste avec les noms des perso et qui ils sont, ce serait pas du luxe, parce qu'avec leurs noms... spéciaux... Suspect
iron
iron
Apprenti
Apprenti

Messages : 64
Date d'inscription : 09/06/2010
Age : 29
Localisation : Lyon

Revenir en haut Aller en bas

[Halo] Nol Akamee, simple mais vivant... Empty Re: [Halo] Nol Akamee, simple mais vivant...

Message  Akamee Mar 15 Juin - 20:57

Chapitre 5 : Affaire de famille.



<18:47, 27 mai 2573>
<Bloc carcéral, transporteur Kig-Yar>
<Quelque part dans l'espace>

Je méditais longtemps sur mon passé, ces horribles choses que j'ai vécues, que j'ai pus commettre. Je n'arrivais pas à faire ce que tout le monde aurait normalement fait. Je ne pouvais regretter. J'ai tué des gens dits hérétiques par mon oncle mais étaient ils vraiment cela ? Peut être ai-je ce jour là, tué des innocents. Agé de seize ans, j'avais déjà les mains tâchées par le sang et la honte. Honte d'avoir commis ceci.
Je me souviens de ma colère noire le lendemain, ce jour là j'ai fais ce qu'il fallait. J'ai mis un terme à cette folie...


<Heure indeterminée, 13 novembre 2549>
<Villa de Cled Akamee, Cité militaire>
<Sanghelios>

Je n'ai pas pu fermer l'oeil de la nuit. L'orage. Mais pas que cela. Les pensées, mes pensées. Qu'avais je fais la veille ? Qui suis je devenu en massacrant cette famille ? Un monstre ? Un meurtrier ? Un... Akamee ?

Quand je suis allé dormir, je me suis dit que je ne devais pas y penser, que la vie doit être comme ça. La vie est elle toujours de mèche avec la mort ? Marchent elles toujours l'une à côté de l'autre ? Je ne sais pas... Je me suis reveillé, non pas ronger par des regrets, des inquiétudes mais par un sentiment que je ne connaissais pas encore. Ce sentiment m'a libéré, il m'a montré la voix. Je lui donnerais tout simplement, le nom de "Haine". Cette chose m'a permis de voir plus clair dans ce que je devais faire à présent.
Sur l'un des murs de la vila familiale, il était écrit "Un Akamee doit savoir manier la haine avec autant de dextérité que l'épée". Grâce à mes actes, j'ai enfin pu connaître le bien être libérateur de la haine. Je me sentais léger, un poids m'avait été oté. Mais j'avais une envie iresistible. Une envie que j'esperais ne jamais ressentir. Celle du sang, j'avais envie de tuer.
Après une brève reflexion sur moi même, j'en étais arrivé à la conclusion que j'étais devenu un véritable Akamee. Mon oncle... n'avait donc plus rien à m'apprendre...

Je sortai dans la cours, par la même porte que j'ai franchie hier pour aller tuer pour la premiere fois. Quand je me suis retrouvé dehors, un mal de crâne horrible me prit d'assault. Ma tête me faisait atrocement souffir, j'entendis d'étranges bruits stridents, puis un bruit de chute et des cris. Tous ces bruits s'en allèrent, laissant place à une voix féminine. Cette voix semblait venir de la droite. Je tournai donc la tête vers cette direction et je contemplai la seule chose visible, l'épée que mon oncle m'a offert, plantée verticalement dans un rocher. Celle-ci était toujours allumée et elle scintillée au fur et à mesure que la voix m'appelait. Je marchai lentement, sans trembler puis m'arrêtai devant l'arme.L'épée m'appellais encore une fois.

- Prends moi. Dit elle tout simplement.
- Je... Je ne peux pas.
- Je sais ce que tu ressens, je peux appaiser tes souffrances.
- Je ne sais même pas où je souffre.
- Tu le sais très bien. Tu n'arrive pas à l'avouer. Jeune guerrier, ton coeur est blessé, ton esprit également. Il te manque une partie de toi, je peux te la donner, je peux guérir tes problèmes.

J'approchai ma main de l'arme, cette main tremblait beaucoup. En fait tout mon corps était en train de frisonner, j'avais froid et j'avais peur mais quelque part, j'avais aussi confiance, je stoppai ma main à mi distance de l'arme et lui posai une question.

- Qui es tu ?
- Ta haine, ta confusion. Je suis toi
- Moi...

J'attrapai le manche de l'épée.

Il scintillai de plus en plus fort, des sortes d'éclairs d'une couleur bleutée très foncée presque violette se faufila autour de mon bras pour encercler tout mon corps. Je fus pris d'une intense douleur dans tout le corps et tombai à genou sur l'herbe de la cours, sans lâcher le manche de l'épée.
Après quelques secondes, je réouvris les yeux sur l'arme et constatai. L'herbe m'entourant, brûlait légèrement d'un feu bleu et le rocher où l'arme était plantée était maintenant sectionné en deux gros morceaux mais... Le plus intriguant était mon épée. Elle était d'une couleur inhabituelle pour une épée à energie. Normalement d'un bleu, violet éclatant, ma lame était noire avec quelques légères parties d'un bleu très foncé.
Je ne l'avais pas remarqué mais mon mal de crâne avait completement disparu et je me sentais plus fort, je me sentais en pleine forme, je me sentais confiant. Je sentais encore et toujours cette envie de tuer. Elle était de plus en plus forte et elle fut amplifiée par la voix de l'épée qui me déclara simplement : "Venges toi".

[...]

J'approchai du bureau de mon oncle, j'allais lui montrer mes efforts, mes résultats, ce que je suis devenu : un vrai membre du clan Akamee.
Je frappai à la porte, l'on me permetta d'entrer, j'ouvris la porte.
Mon oncle était assis sur son confortable fauteuil en train de siroter une boisson qu'il à lui même déclaré "uniquement pour les braves". Il me demanda l'air stupéfait.

- Alors ? Que fais tu là ? Tu n'as pas un quelquonque travail a terminer ?

Je m'approchai lentement du bureau sans parler, puis me retrouvai devant celui-ci.

- J'ai terminé ce que je devais faire mon oncle.

- Très bien nous allons voir ça !

Il tenta de se lever mais je le poussai de ma main droite pour qu'il retombe sur son fauteuil.

- J'ai terminé mon entrainement. C'est fini. Déclarai-je.
- Comment ça ? Tu te moques de moi ?! Attend je vais t'apprendre moi...

Il se saisit de son bâton résistant, se leva l'air menacant et leva son pitoyable bout de bois pour me frapper à l'épaule. Son bâton arriva à une grande vitesse et en percutant mon épaule, se brisa en deux morceaux qui retombèrent lourdement sur le sol.
Mon oncle afficha un visage rempli d'incompréhension. Je ne perdis pas une seconde à le laisser comprendre ce qu'il lui arrivait et lui jetta mon bras droit en direction de son cou. Je serrai fortement son cou quelques secondes pour sentir ces battements de coeur, je pouvais remarquer qu'il était très stressé, innondé par la peur. Je le lançai sur son fauteuil qui bascula, il tombait en arrière.

- Nol ! Laisses moi ! Laisses moi tout de suite ! Gardes !
- Personne ne viendra mon oncle. Vous m'avez envoyé tuer vos voisins dois-je vous le rappeler ?
- Tu ne peux pas me faire ça Nol, je suis ton oncle ! C'est moi qui t'es tout appris, c'est comme ça que tu me remerci ?!

Il était à terre et reculer jusqu'à se retrouver dos au mur, je le forcai à se lever et à me regarder.

- Vous m'avez tout appris mon oncle, vous m'avez surtout appris à tuer. Voici mon remerciement.

Je lui placai le manche de mon épée devant l'abdomen et enclenchai celle-ci. Le plasma noir commence son travail et dévora ses entrailles, lui prenant la vie, me donnant ma vengeance. J'étais en train de tâcher mes mains du sang de mon propre clan.

- Vous ne me servez plus à rien. J'espere ne jamais pouvoir vous retrouver en enfer. Ajoutai-je froidement.

Puis je laissai tomber sur le sol, le corps sans vie de mon oncle, Cled Akamee. Un être méprisable qui n'a jamais connus d'amis, ni d'amour. Un être qui a voulu transmettre sa haine à son neveu, faisant de lui son eleve. L'eleve, a maintenant dépassé le maître...

J'étais resté longtemps, pensant dans cette pièce, regardant le cadavre de mon oncle déjà entierement vidé de son sang. Je pensais à ressentir autre chose que cette colère. Du regret ? De la tristesse ? Du... bonheur ? Non, seule la haine pouvait sortir de mon coeur, il n'y avais plus que cela. J'étais dénoué de tout autre sentiment, j'étais devenu, un tueur. Un jeune meurtrier.

La porte s'ouvrit avec fracas, quelqu'un me tira par le bras, plusieurs personnes prirent possession de la Villa. Les autorités étaient arrivées.


<17 novembre 2549>
<Tribunal des "actes fraticides". Cité militaire>
<Sanghelios>

C'était la premiere fois qu'un jeune mâle de 16 ans passaient devant la justice de la Cité. Mon oncle était crains et respecté pour son fort caractère et son aide précieuse envers l'alliance, j'aurais pût, même à mon âge, être condamné à mort pour l'avoir assassiné. Mais j'avais eu de la chance. Malgrès mes actes, malgrès ma trahison envers ma famille, j'eus la meilleure défense de Sanghelios : mon père. Devant l'assemblée, devant les grands juges, il avait montré une envie de gagner ce procés... comme toujours en faite. Peu importe que ca siot ma vie qui soit en jeu, il me défendait juste parce que gagner ma liberté lui aurait attiré encore plus de notoriété au sein de la planête.

J'étais devant la porte du tribunal, mon père voulait me parler. Lui n'était pas comme son frère, je savais qu'il allait être très en colère contre moi du fait de mes actes mais jamais il aurait pensé à lever la main sur moi et ne l'a d'ailleurs jamais fait.
Je le vis descendre les marches du tribunal dans son habit bleuté, l'identifiant comme défenseur des accusés. Il arriva à ma hauteur et me regarda dans les yeux.

- Fils, tu sais que je ne pouraais te pardonner. Tes actes seront à jamais gravés dans ma mémoire. Cled était invivable mais ne méritait surement pas la mort.
- Je suis désolé père...

Je ne trouvai rien à ajouter.

- Dorénavant je t'interdirais de m'appeler comme ça, tu gardes mon nom mais je ne te considèrerais plus comme étant un Akamee, jusqu'à ce que tu fasse tes preuves en servant du mieux que tu peux, l'alliance.
- Bien pè... Maître Akamee... Mais que vais-je devenir ?
- Débrouilles toi. Dit il simplement en partant vers son véhicule privé.

Je ne trouvai rien à dire, rien à ressentir, je n'était ni triste, ni joyeux, ni soucieux, ni rien...

Un Sangheili me regardait depuis que j'étais sorti du tribunal, il était dans l'assemblée qui a assistée à mon procés, il s'approcha de moi.

- Tu sais, jeune Akamee ? Tu ne le sais peut être pas mais j'ai l'impression qu'un grand destin s'ouvre à toi.

Je le regardai plus en détail et il avait une armure assez spéciale qui si mes souvenirs sont bons l'identifiait comme un "Spec Op".

- Vous êtes sur ? Dis-je sans émotions.
- J'en suis persuadé. Viens avec moi je t'hebergerais et je suis sur que ma fille sera ravie de te connaître.

Il se tourna vers la petite femelle qui se cachait derriere lui.

- N'est-ce pas, Lina ?

Akamee
Apprenti
Apprenti

Messages : 49
Date d'inscription : 10/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

[Halo] Nol Akamee, simple mais vivant... Empty Re: [Halo] Nol Akamee, simple mais vivant...

Message  Archange Mer 16 Juin - 9:58

continus 🆗
Archange
Archange
Apprenti
Apprenti

Messages : 47
Date d'inscription : 10/06/2010
Age : 27

Revenir en haut Aller en bas

[Halo] Nol Akamee, simple mais vivant... Empty Re: [Halo] Nol Akamee, simple mais vivant...

Message  Akamee Ven 18 Juin - 23:34

Chapitre 6 : Les ennuis me suivent.


<05:12, 28 mai 2573>
<Bloc carcéral, transporteur Kig-Yar>
<Quelque part dans l'espace>



C'était mon deuxième jour de détention, mon dernier apparemment. J'avais l'impression d'être le seul emprisonné ici. J'étais seul.

J'avais eu tout le temps qu'il me fallait pour me confier à moi même. Je l'ai fais, j'ai parlé de mon passé. Un lourd passé malheureusement inoubliable, des fautes de jeunesses qui m'ont toujours suivies et le feront toujours. Ainsi est mon histoire,
rongée par les actes meurtriers et par les conflits.
J'ai 40 ans, ça fait 21 ans que je suis dans l'armée. 21 ans de participation à plusieurs guerres. Les grandes, connues de toutes les races. Et la mienne, une guerre contre moi même qui ne se terminera jamais. Allons, arrêtons de se lamenter sur les choses telles que le passé. Ce qui est fait est fait. Je dois maintenant me concentrer sur les evenements présents. Je ne sais pas ce qui s'est exactement passé sur Sanghelios, j'espere juste que ceux qui me sont chers sont en parfaite santé. Je ne sais pas ce qu'il est advenu de mon vaisseau, son équipage. Vlacee et ses soldats avaient du tenter le tout pour le tout pour reprendre le vaisseau mais, le surnombre de nos ennemis et la présence de Vifenee n'aurait pas du tout arrangée les choses.

Je pensais à tout ce qui se passait autour de moi, je m'en oubliais presque, qu'allais-je devenir ? J'allais bientôt le savoir...

Une porte s'ouvrit et le champ de force de ma cellule s'éteignit.

Trois Kig-Yar entrèrent dans ma cellule. Deux étaient armés de carabines, le troisième portait un objet métallique, au fur et à mesure qu'il s'approchait, je remarquai un traducteur que l'on accrocha à mon armure et un petit cable fût directement relié à ma tête en trouant ma peau telle la facilité d'une seringue. J'entendis quelques bruits, des légers parasites puis enfin les paroles de mes hôtes.

- Je crois que ça marche.
- Euh attendez on va voir... Me comprenez vous ? Me demanda celui qui mavait posé cet accessoire.
- Bien sur, c'est bien mieux comme cela. Répondis-je.

L'être qui venait de parler fit un signe à quelqu'un d'autre et un autre Kig-Yar, un quatrième entra dans la salle. Il... Pardon.

Elle parla à son tour en me regardant.

- Bien... Mes excuses pour l'accueil... mouvementé. Notre confiance envers les Sangheilis a beaucoup diminuée depuis les derniers

evenements...
- Je comprend. Vous êtes ?

Elle s'inclina et se redressa assez gracieusement.

- Je suis Mel, Officier Commandante de "l'Avenir", 433ème transporteur de la Fédération. Et votre hôte pour ce séjour dans notre vaisseau.
- Puisse il être court. Je suis Nol Akamee, commandant du "Life this War"... Ancien commandant.

Elle semblait surprise.

- Alors c'est vous... Le "Life this War" n'est-ce pas ? C'est vous qui nous poursuivais depuis tout ce temps nous forcant à larguer notre cargaison pour fuir dans le slipspace.
- VOUS êtes les fameux contrebandiers ?! M'exclamai-je.

Elle ria puis repris son sérieux.

- Des contrebandiers, qu'est-ce qu'il ne faut pas entendre... Il n'y a pas de contrebande dans ce vaisseau. Chaque arme entreposée dans nos containers ont étaient achetées aux Unggoys et sont en provenance pour Eayn tout cela visant a réarmer nos armées. Mais assez parlé de nous. Ici dans ce vaisseau, c'est votre vie qui est en jeu. Comment en êtes vous arrivé là ?
- Eh bien... Des conflits internes si je puis dire. Notre peuple est en ce moment déchiré en deux camps qui s'affrontent sauvagement. Mon vaisseau a subit l'assaut surprise de la part d'insurgés et j'ai du fuir.
- Je vois, vous avez quitté le navire.
- Ce n'est pas ce que vous croyez. Il faut que je retourne sur ma planête, les miens ont besoin de moi...

Je fût interomppu. Mel était plus petite que moi, soit, mais elle avait un caractère... imposant.

- Pour le moment vous êtes sur ce vaisseau et votre vie dépend de mes ordres. Nous allons rejoindre Eayn et nous verrons sur place ce qu'il adviendra de vous.

J'allais parler mais je savais que ca n'aurait pas été utile. Cette Kig-Yar voulait vraiment avoir le dernier mot et elle savait l'avoir. J'étais à la fois vexé et impréssionné. Les tensions se calmèrent au bout de quelques secondes de silence, puis elle fit signe de la suivre. Je m'enggourais alors dans les couloirs du trasporteur toujours sous l'escorte des deux fusillés.
Il y avait du monde dans ces couloirs, les Kig-Yar étaient très nombreux dans leurs vaisseaux. Certains se plaquaient contre les murs pour me laisser passer et me regardaient stupéfaits, d'autres semblaient vouloir me défier du regard et chercher à se battre.

Je n'était pas vraiment à l'aise dans ce vaisseau, étant le seul Sangheili parmis tous ces Kig-Yar. J'esperais que mon voyage n'allait pas durer trop longtemps. Je n'aimais pas trop ces volatiles et eux... ne m'aimaient pas le moins du monde.

Nous arrivâmes à la passerelle de commandement également bondée d'opérateurs, ils étaient presque à deux par postes. Mel se rendit au centre du poste, tous les oficiers opérateurs s'étaient levés à son entrée. Elle observa rapidement les quelques écrans présents devant elle et tourna le regard vers tous ses semblables dans la pièce.

- Asseyez vous merci.

Tous les Kig-Yar s'executèrent rapidement et reprirent leurs activités.

- Une réponse de l'orbite d'Eayn ? Demanda elle à une opératrice.
- Non, c'est étrange, que fait on ? Répondit l'opératrice.
- Eh bien... Il vaut mieux sauter avant qu'un vaisseau ne nous prenne pour des contrebandiers. Dit Mel en me regardant du coin de l'oeil.
- Ignorer les règles ?

Mel haussa les épaules.

- Il faut bien une premiere fois à tout.
- Alors allons y ! Préparation du slipspace, direction Eayn, j'espere qu'on sera bien accueilli.

[...]

<5h58, 28 mai 2573>
<Passerelle de commandement de "l'Avenir">
<Orbite d'Eayn>


Le vaisseau quitta le slipspace et à la place d'une sortie en deouceur et la vue d'une planête, la sortie fût très brusque. Une alarme retentit, "l'Avenir" avait heurté des débris métalliques. En regardant sur les écrans avant l'on pouvait voir les restes d'un transporteur Kig-Yar et plus loin à l'avant, des centaines de vaisseaux se lancaient dans une terrible bataille. Des explosions lointaines se faisaient admirer et la planête subissait quelques tirs puissants.

- Qu'est-ce que...

Mel scrutait les écrans puis se tourna vers moi.

- Ceux la, ils sont des votres ou pas ?
- Des religieux. Ils ont dûts en terminer avec Sanghelios.

C'était la premiere fois qu'une de mes phrases me choquait personnellement. Mais pourtant cela était vrai, ils étaient là en train de s'attaquer au peuple Kig-Yar. Sanghelios avait du tomber, pour la premiere fois. J'avais envie de hurler mais je devais rester calme et assister au spectacle.

- Identification rapide des vaisseaux. Ordonna Mel.

Les vaisseaux religieux passaient aux écrans avec les informations importantes. Un frisson me foudroya pendant un instant. Ce frisson descendait dans le dos jusqu'aux jambes. Je croyais rêver mais c'était bel et bien réel. Je voyais devant moi, l'image d'un vaisseau assez historique pour moi. Son nom s'afficha à l'écran.
Le "Shadow of Intent" était dans la flotte. Qu'était il advenue de Rtas ? J'esperais qu'il n'était pas à bord quand il a été abordé car... Rtas n'aurait pas fait comme moi, il aurait préferé mourir que de laisser les commandes de son vaisseau. Mon inquiétude était grandissante.

- Nos défenses ? Demanda Mel.
- Percées, l'ennemi va bientôt se diriger vers l'atmosphère. Il faut entrer avant eux si non nous serons bloqués dehors.
- Bloqués ? Demandai-je.
- Le bouclier planétaire. Il ne tiendra pas longtemps mais permettra à nos défenses de se former. M'affirma Mel.

Les Kig-Yar étaient étonnants. Je n'était jamais aller à proximité d'Eayn mais jamais je n'aurais pensé que les défenses de la planête étaient si élaborées. C'était incroyable mais le nombre et la puissance des flottes Sangheilis étaient à craindre.

Nouveaux, comme anciens vaisseaux. Voir le "Shadow of Intent" parmis ces vaisseaux m'avais vraiment abasourdie mais si je m'attendais à voir ce vaisseau, auquel il manquait une capsule de sauvetage... Vifenee, il était ici, sur MON vaisseau. Qu'était il devenu de l'équipage ? Vlacee ? J'espere qu'il est vivant, qu'il a pu s'en sortir.
Je voyais le "Life this War" se mettre en position de tir sur le bouclier pendant qu'il recouvrait petit à petit la planête Kig-Yar. Je jurai d'abattre personnelement Vifenee, puis de remettre les pieds dans mon vaisseau et le reprendre en tuant tout ceux qui se mettraient sur mon chemin. Au nom de tous ceux qui sont morts. Et de Sanghelios.

"l'Avenir" penêtra dans l'atmosphère, la suite allait se passer sur le sol.

Akamee
Apprenti
Apprenti

Messages : 49
Date d'inscription : 10/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

[Halo] Nol Akamee, simple mais vivant... Empty Re: [Halo] Nol Akamee, simple mais vivant...

Message  Akamee Mar 29 Juin - 11:34

Chapitre 7 : Retour à la guerre, retour de la guerre.



<7:42, 28 mai 2573>
<Passerelle de commandement de "l'Avenir">
<Eayn>


Je voyais pour la premiere fois cette forteresse qu'était Eayn. Derriere ces inombrables flottes militaires, cachée derriere son bouclier... Elle me faisait penser à la Terre. Elle en avait les couleurs, bien moins vivantes oui mais elle ressemblait beaucoup à la Terre. L'air y était presque le même. Je dis presque car cela fait assez longtemps que je ne suis plus allé sur Terre.

Longtemps que je n'ai pas vu un seul humain. J'espere pour eux qu'ils sont dans une meilleure situation de leur côté.

Le bouclier planêtaire d'Eayn était une immense sphère d'un bleu vif qui recouvrait la totalité de la planête. Aucun métal ne pouvait le traverser, c'était une défense ingénieuse alimentée par cinq générateurs isolés sur la planête. Durant l'entrée dans l'atmosphère, l'on m'avait dit que seul les Floods avaient réussi à passer ce bouclier et cela sans le désactiver.
Les Floods n'étants plus là, le bouclier rendait la planête quasiment invulnérable.
Mais... pas au point de stopper l'avancée dévastatrice d'une centaine de vaisseaux, le bouclier clignotait déjà sous les tirs des puissants croiseurs, des destroyers, des transporteurs réunis.
À l'intérieur de "l'Avenir", tout le monde était assez inquiet, en train de regarder le bouclier, se demandant s'il allait tenir le temps de planifier des défenses... pas moi.
J'avais évalué les risques personnellement. Pour moi, tous ces vaisseaux n'était qu'une démonstration de force, à l'intérieur ne devait se trouver que l'équipage. Les forces armées étant soit en fuite, soit décimées... Les religieux ne devait pas être nombreux et la bataille au sol tournerait facilement en faveur des Kig-Yar.

Je fus sorti de mes pensées par un bruit d'étonnement général et en levant mes yeux vers le ciel, je vis que le bouclier avait essuyé de nombreux tirs puissants, causant une petite brèche. C'est alors qu'un grand rayon chargé passa par cette brèche pour frapper le sol, en plein sur l'un des cinq générateurs. La structure disparu et laissa place à un immense cratère, le bouclier céda.

Une forte alarme retentissa sur tout le vaisseau, je voyais déjà les Ectoplasm quitter "l'Avenir" en amenant au sol, des troupes supplémentaires. Mel arrêta de fixer le ciel, il n'y avait plus que les vaisseaux à regarder, ils étaient beaucoup. Elle s'adressa à un des opérateurs présents dans la pièce, je reconnu la place de l'artilleur.

- Les armes sont elles chargées ? Demanda Mel.
- Chargées et prêtes à faire feu depuis 10 minutes. Répliqua l'artilleur.
- Concentrez les tirs sur le premier qui osera entrer dans l'atmosphère.
- Ah... enfin une cible.

De mon côté, je ne pouvais pas laisser un autre monde, même s'il n'était pas le mien, se faire annexé par les religieux. Je devais également participer.

- Où est mon arme ? Demandai-je soudainement à Mel.
- Deuxième armurerie du pont secondaire 4B, prenez une arme de portée également. Avec une épée, vous n'irez pas loin.

Je remerciai en hochant la tête puis me dirigeai vers la sortie de la passerelle de commandement.

- Ah et aussi. J'ai briefé un sniper pour vous assister au sol, il n'est pas aussi bon tireur que ses homologues femelles mais il se débrouille. Ajouta elle.
- Merci, un soutient de longue portée est toujours utile.
- Attention, il est... spécial.

Que voulait elle dire par "spécial" ? Bon je n'avais pas le temps d'y reflechir, je devais allait à cette armurerie. Je la trouvai facilement même si les codes de couloirs Kig-Yar étaient différents des notres. J'entrai, la lumière s'alluma automatiquement.

Mon épée se trouvait là, posée sur une table, j'étais satisfait de la revoir, une arme arrivait à me faire ressentir d'autres choses que ce que je montre d'habitude. Je me déplacai vers cette table pour prendre mon arme mais...

- C'est à vous non ?
- Oui.
- Bah maintenant c'est à moi...

Non mais pour qui se prenait ce Kig-Yar, il était accroché par les pieds à un tuyau sur le plafond et avait mis la main sur l'épée avant que je puisse la saisir.

- Je ne crois pas. Déclarai-je.
- Ah vraiment ?
- Vraiment.
- Assurément ?
- ...Assurément.
- Certainement ?
- Donnez moi. Cette. Épée. Dis-je froidement.
- Quelque chose à échanger ? Demanda le Kig-Yar.

Je remarquai qu'il avait un fusil de sniper accroché sur le dos, l'arriere du fusil dépassé par dessus sa tête, j'attrapai rapidement l'arme qui se retrouva maintenant dans ma main.

- Oui j'ai ceci. Déclarai-je narquois
- Euh... D'accord vous avez gagné... Dis il en se décrochant et en retombant sur le sol.

Le Kig-Yar se redressa et leva la tête pour croiser mon regard, il avanca sa main pour me donner l'épée. Je lui rendis son fusil.

Je tenais mon épée fermement en la regardant, cette chose m'avait manquée, sa voix surtout.

- Ah tu ne peux pas savoir comment je me suis ennuyée avec toutes ces carabines. Me déclara mon arme.

Je l'accrochai à son emplacement, comme d'habitude.

- Ca aussi ça m'avait manqué.

J'avais envie de lui répondre mais avec le Kig-Yar à côté... Je ne pouvais pas vraiment le faire. Je ne donnai qu'un léger coup sur l'arme puis je me tournait vers le Kig-Yar. Il avait un équipement assez inhabituel car il avait à la fois un fusil de sniper puis également aussi la combinaison classique du pistolet à plasma et du fameux bouclier.

- C'est toi, le tireur qui dois me soutenir au sol ?
- Exact ! Quand le commandant m'a parlé d'un Élite, je n'imaginais par que ca serait un Zélote.

"Élite" depuis la derniere fois que j'ai vu les humains, personne ne nous avais appelé comme ça. Bon, encore que ce nom nous va bien, il n'aimera pas que je l'appelle "Rapace" à mon avis.

- Qu'est-ce que peut faire le fait que je sois un Zélote ? Demandai-je.
- Eh bien, c'est rare de voir ce grade sur le terrain, en premiere ligne, surtout que vous êtes pas tout jeune à ce que j'ai entendu.
- Dis tout de suite que je suis vieux. Je suis habitué des champs de bataille et mon âge n'influence pas sur mes capacités.

- Tu étais très beau dans ta jeunesse. Coupa encore une fois l'épée.

Je donnai un autre coup discret sur l'arme. En plus de couper la matière et les métaux, si elle se mettait aussi à couper les conversations...

Une explosion se produisit au dehors, une légère secousse vint frapper "l'Avenir", je regardai par un hublot, le Kig-Yar en fit de même. Le premier vaisseau religieux venait d'exploser suite aux tirs de "l'Avenir". Mais il y avait encore beaucoup de vaisseaux en approche du sol, les défenses étaient mises en place rapidement, mais pas assez élaborée, il fallait d'avantage d'aide en bas.
Je voyais au loin, des troupes religieuses débarquer. Je pensai soudainement à Sanghelios. Je me demandai à chaque fois, ce qu'elle était devenue, à combien pouvait s'estimer les pertes, qu'était il advenue de ceux qui me sont chers ?

J'aurais le temps de m'en rendre compte plus tard, je dois d'abord empêcher que la folie destructrice religieuse se propage. Je vais devoir contrer une attaque familière, tuer des frères. Pourquoi suis-je en permanence suivi par la guerre ?
Dans cet univers, les êtres meurent, les races disparaissent, les planêtes se détruisent mais la guerre, elle, la guerre est immortelle.

Je me tournai vers le Kig-Yar.

- Quel est votre nom ?
- Jek, expert en longue portée et... en bétises si je puis dire.

Je me mis à rire, il y avais longtemps que ca ne m'étais plus arrivé.

- Nol Akamee, expert en malchance j'ai l'impression. Allez, allons rejoindre le sol, la bataille attend.
- Avec plaisir ! S'exclama il.

Akamee
Apprenti
Apprenti

Messages : 49
Date d'inscription : 10/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

[Halo] Nol Akamee, simple mais vivant... Empty Re: [Halo] Nol Akamee, simple mais vivant...

Message  Akamee Mer 30 Juin - 15:34

Chapitre 8 : Bataille pour Eayn


<8:12, 28 mai 2573>
<Armurerie 2-4B de "l'Avenir">
<Eayn>


Nous avions déjà pris place dans un Ectoplasm, direction le sol. J'étais sans doute le premier Sangheili à fouler ses terres, sans doute. J'aurais préferé que cela se passe dans d'autres circonstances que pour une bataille mais personne, personne ne choisit où il va et ce qu'il doit faire. Dans les hangars, les vaisseaux de largages étaient nombreux, sacrément nombreux. Des miliers de Kig-Yar quittaient le vaisseau pour défendre leur territoire, défendre leur peuple. Tou cela me rapellait l'ancienne guerre. De cette guerre, j'avais toujours retenu, les morts, les trahisons, les êtres chers que j'ai perdus. Je devais être qu'un soldat, je devais au départ, comme tout le monde, accomplir mon devoir : Se battre et mourir. J'ai toujours voulu chassée cette guerre de mon esprit, mais je me suis rendu compte qu'il faut que je me souvienne de tous les détails de ces anciens conflits. Me souvenir des erreurs commises, pour ne plus jamais les refaires. Se souvenir des héros tombées pour des valeurs n'étant que mensonges. Se souvenir d'un peuple, accusé et meurtrie à tord, un peuple qui s'est montré courageux dans des situations desespérées.
Je dois, nous devons aussi nous souvenir que chaque être, quelqu'en soit sa race ou ses croyances, a été jugé bon de vivre dans cet univers. Ainsi l'extinction des brutes auraient put être évitée mais... la vengeance l'emporte toujours sur la raison. Toujours.
J'ai perdus tant d'amis en quelques années. J'ai tant perdus...
J'ai perdus mon enfance, prise par mon oncle. J'ai perdus mon appartenance au clan Akamee, par mon crime. J'ai perdus ma meilleure amie, par la main des humains défendants leur territoire. J'ai perdu un ami et un fils, à cause du parasite, tout cela a affaibli ma résistance face à "elle". Je parle de mon épée. Elle se nourrie de ma haine, de ma tristesse, elle puise mes sentiments dans mon esprits et fais le tri elle même. Elle fais disparaître les sentiments de faiblesse, la tristesse, l'amour et ne garde que la haine pour la faire ressortir en combat. À chaque fois que j'ai perdus un être cher à mes yeux, cela amplifiait sa joie. Suis-je contrôlé par une arme ? Suis-je dépendant d'elle ? J'ai déjà essayé de m'en débarasser mais mon bras n'arrive pas à laisser tomber l'arme. Au contraire, il la tient fermement, droit devant, prêt à trancher et tuer. Ainsi je suis devenu un outil de destruction.
Un être semant la mort sur son passage. Et je le resterais jusqu'à ma mort. J'aurais aimé avoir une vie, une vraie, une enfance dans une famille aimante. Des amis, toujours présents avec moi. J'aurais aimé que mon fils ait cette vie dont j'ai tant rêvé. Mais le coup du sort a voulu que je vive et qu'il meurt. J'aurais bien échangé ma place avec lui, être infecté à sa place, mourir à sa place.

Je regrette tant de choses alors que la guerre est partout autour de moi. Mais cette guerre ne me fait pas peur, je suis l'égal de la guerre, je la combat, je fais tout pour la stopper. Je cherche souvent un sens à ma vie, aujourd'hui j'ai trouvé de quoi faire.

Je vais tuer, oui. Mais ai-je vraiment le choix ? Ma planête est entre de mauvaises mains, je doit lui porter secours mais le monde des Kig-Yar est également en danger. Sanghelios, je te le promet, sur mon sang, je reviendrais, très vite.

<8:30, 28 mai 2573>
<Au sol, juste en dessous de "l'Avenir">
<Eayn>


- Eh reveillez vous, nous avons touchés terre !
- Je ne dormais pas. Sortons.

Nous sortîmes de l'Ectoplasm qui retourna rapidement vers le transporteur, certainement pour refaire le plein de troupes à débarquer. Mes pieds touchaient enfin le sol de la planête. Je me sentais plus léger que sur Sanghelios, la gravité ne devait pas exactement être la même, mais je m'y habituerais facilement. Je regardai autour de moi, c'était une belle planête. Elle avait beaucoup de points communs avec la Terre. La température y était acceptable. Le paysage admirable, d'un côté je distinguais une prairie coupée par un ruisseau bordé par quelques pierres, le tout encerclé par des arbres. Mais de l'autre, l'herbe était écrasée par les barricades et les véhicules légers et lourds militaires. Le ciel était éventré par des centaines de vaisseaux et des milliers d'explosions. Une bataille de cette ampleur, il y avait longtemps que je n'en avais pas vécu. Les derniers conflits étaient des simples combats avec les pirates de l'état de Moram. Ce n'était pas vraiment un grand challenge. Maintenant... c'est tout autre chose.

Il faut du courage pour tenir une arme et l'utiliser, encore plus pour l'utiliser contre ta propre race. Il faut du courage pour ôter la vie à un être qui te ressemble. J'ai participer à de nombreux massacres. Suis-je courageux ? Ou suis-je un meurtrier ? Je doute beaucoup sur moi alors que ca n'est pas vraiment le moment.
Plusieurs Ectoplasm ennemis étaient en train de s'approcher vers "l'Avenir". Les Kig-Yar étant respectueux, ils avaient creusés des tranchées et aménagés des petites fortifications de l'autre côté pour nos ennemis. Dans quelques minutes, le sang va couler, les corps vont tomber. Je regardai le ciel.

- Un problème ? Demanda Jek en fixant lui aussi le ciel.
- Il va bientôt pleuvoir. Répondis-je tout simplement.

Cela n'était pas vraiment un problème. Tout ce sang disparaîtra sous la pluie. Les Ectoplasm avaient déjà débarqués des troupes, personne n'avait commencé à tirer, tout le monde attendait. Les religieux prenaient place dans les tranchées.

J'en observais quelques uns avec mes jumelles. Je n'arrivais pas à en croire mes yeux. Des soldats ? C'était des gamins, tout juste sortis de leur cercle familiale, des jeunes enrôlés de force qui savaient à peine manier une carabine correctement et démonter un canon à plasma sans savoir le remonter par la suite. Qu'avaient donc les Grand Sages dans la tête ? Ils envoyaient leurs jeunes disciples au massacre, sans avoir le moindre regret j'imagine. On aurais dit que l'alliance Covenant avaient réssucitée. Cela faisait mal de revoir cela. Mal intérieurement.
Ma vue fut attirée par un Ectoplasm ennemi dans le ciel, ses communications directes envoyés des motivations aux troupes religieuses, cela s'entendant fortement. Cet engin avait quelque chose de spécial. Il y avait quelqu'un de spécial à l'intérieur.

Je sentait une présence et pas n'importe laquelle.

<8:40, 28 mai 2573>
<Ectoplasm Religieux>
<Eayn>


- Nos troupes sont motivés Commandant, souhaitons leur bonne chance... Commandant ?
- Intéressant...
- Quoi donc ? Si vous me le permettez, qu'est-ce qui est intéressant ?
- Voyez ce Sangheili au sol, du côté Kig-Yar.
- Ah... ? Alors le voila. Akamee est sur Eayn.
- Oui, cette fois, il me suivra ou mourra.
- Dans tous les cas vous serez certainement récompensé Commandant. Imaginez la nouvelle : Le Commandant Vifenee a vaincu le légendaire Nol Akamee.

<8:45, 28 mai 2573>
<Ligne Kig-Yar>
<Eayn>


Le phantom repartit en direction d'un vaisseau ennemi. La vue de la grande fissure sur le côté gauche de la coque me fit trembler, je dus prendre mes jumelles pour confirmation. C'était bel et bien le "Life This War". Il était ici, étais-ce donc Vifenee à l'intérieur de cet Ectoplasm ? Était il ici pour la planête ou pour moi ? S'il est venu me chercher, je serais ravi de le revoir pour reprendre, par la force, le commandement de mon vaisseau. Une pensée me vint soudainement à l'esprit : mon équipage. Mes soldats étaient ils parmis les troupes ennemis ? Le pire combat est celui que l'on mène contre sa volonté. J'espere pour eux, qu'ils ont eu le temps de fuir le vaisseau pendant sa prise par les religieux. Si ce n'est pas le cas, je prefere les voir tués par les religieux, qu'utilisés par eux.

Je repensais aux actes de Vifenee, j'avais soudainement encore une fois, l'envie irrésistible de tuer, mon épée me le faisait également sentir. Je serrai le point fortement, ma respiration devenait bruyante, quelques Kig-Yars commencaient à s'éloigner de moi par peur. Je jurai personnellement d'hacener un coup d'épée pour chaque brave soldat tué par ses mains. Et quand je reviendrais sur Sanghelios, ce sera avec son cadavre, il sera le premier mort d'une longue chaîne que je vais débuter. Maintenant, ce n'est plus contre des frères Sangheilis que je vais me battre, ce sont contre des ennemis. et je n'en laisserai pas un seul debout.

J'avançai tout à l'avant des lignes Kig-Yar, en premiere ligne. En face, je voyais que les religieux se mettaient en posistion, ils étaient une quinzaine alignés en train de viser avec leurs carabines. Tous prêts à tirer. J'avais chaud, très chaud. Il y avais longtemps que je n'avais pas ressenti cela. Je devais être brûlant car, quand les premieres gouttes de pluie vinrent à tomber, un peu de fumée s'échappa de mon armure.
Je levai la tête, il pleuvait de plus en plus mais l'horizon restait clair. Je regardai une dernière fois mon armure dorée.

Bientôt l'or laissera sa place au pourpre.
J'avais les bras le long du corps, je relevai le bras droit pour l'amener vers mon côté gauche pour poser ma main sur mon épée. Les explosions dans le ciel avaient étrangement céssées laissant la place à un silence d'avant guerre. Le précurseur du silence de mort. Dans ce silence, un "clic" se fit entendre, je venai de décrocher mon épée. Je ramenai mon bras vers la droite et allumai l'épée à l'horizontal, la lame d'un noir très sombre ne devait pas rassuré les ennemis postés en face. Ils avaient la confirmation sur l'identité de leur adversaire.

Je ne détournai pas le regard puis je mis un pied sur le bord de la tranchée.

- Tues le premier qui tirera. Dis-je en m'adressant à Jek sans le regarder.
- D'accord, bonne chance, je couvrirai du mieux que je peux.

Je pris alors appuie sur le bord de la tranchée avec mon pied posé dessus et sauta hors de celle-ci, pour courir vers l'ennemi, épée à la main, comme autrefois.

Akamee
Apprenti
Apprenti

Messages : 49
Date d'inscription : 10/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

[Halo] Nol Akamee, simple mais vivant... Empty Re: [Halo] Nol Akamee, simple mais vivant...

Message  Akamee Mer 30 Juin - 17:03

Chapitre 9 : Du sang familier.


<8:50, 28 mai 2573>
<Champ de bataille, en dessous de "l'Avenir">
<Eayn>


Je courrai à un vitesse folle, il devait y avoir 150 metres qui séparait les lignes Kig-Yar des lignes Religieuses. Je me rapprochait dangereusement d'eux. J'étais à découvert mais mon bouclier résistant pouvait me permettre de résister à un tir groupé.
Un religieux se leva et dressa son bras devant lui en me pointant du doigt, il allait donner l'ordre de tir. Il n'en eut pas le temps, car je fus doublé par un tir de sniper qui percutta le casque du chef ennemi, le faisant s'écrouler à terre à la surprise de tout le monde. Les soldats ennemis tirèrent alors de façon désordonnées sans vraiment prendre le temps de bien viser. je recu quelques tirs de carabine que mon bouclier encaissa mais la menace était toujours présente, je me jettai derriere un rocher à seulement une vingtaine de metres des lignes ennemies.
Les tirs de sniper alliés continuaient d'enlever la vie aux soldats ennemis. Les Kig-Yar effectuaient des tirs de barrage impréssionnants à coup de carabines et de tourelles à plasma. Mais en jettant un rapide coup d'oeil par dessus le rocher, je remarquai que les Religieux étaient beaucoup plus nombreux que prévus. Leur ligne arrière était occupée par de nombreuses apparitions qui commencaient à bombarder les lignes Kig-Yar. Une puissante explosion bleuetée propulsa 4 Kig-Yar hors des lignes, quand ils s'écrasèrent au sol ils étaient déjà morts à moitié déchiquetés. La moitié de le seconde ligne fût ravagée par les puissants tirs d'apparitions. Je devais tout d'abord m'attaquer à ces blindés.

Je décidai d'activer mon camouflage mais celui-ci ne fonctionnait plus, je jettai un bref coup d'oeil à mon armure pour remarquer que des tirs de carabines avaient déjà percés mon plastron sans me toucher. Je me souvint la difficulté d'une bataille de cette envergure, la moindre erreur vous tuera. Je ne comptais pas trop faire partie des cadavres dispersés sur ce sol, il fallait que j'agisse avec sûreté.
Je quittai ma cachette sur la côté gauche en faisant une roulade. En me redressant, je me mise à courir toujours sur le flanc gauche en dégainant deux fusils à plasma récupérés à l'armurerie et en tirant sur tous ceux qui m'avaient vus. Trois Sangheilis s'écroulèrent, j'avais tué mes premiers Religieux, fierté, regret ? Que ressentir ? Je n'avais pas le temps d'y penser. Je sautai directement dans la ligne arrière où se trouvait les apparitions, un soldat ennmi manqua de m'hacener un coup avec la crosse de sa carabine. Le coup horizontal se dirigeait vers mes mâchoires gauches, je me baissai juste à temps pour l'esquiver et foncai droit devant, donnant un coup de boule dans le ventre de mon adversaire. Il tomba à terre et moi aussi, j'étais sur lui et allait lui donner un coup de poing mais il attrape ce qui lui tomba sous la main : un casque posé par terre à sa gauche et me l'envoya en direction de ma tête. Je ne pus éviter l'objet et fus sonné par le choc. Il en profita pour me pousser, se relever et me jetter contre la paroie droite de l'apparition. Je repris mes esprits et provoquai mon adversaire pour qu'il vienne. Il tomba dans le piège et s'approcha rapidement de moi pour me donner un coup direct. J'executai une petite esquive et son poing droit heurta l'apparition dans un bruit métallique, je lui attrapai le poignet avec ma main droite et lui tordai le bras avec ma main gauche.

Le soldat cria de douleur pendant que je lui lâchai le bras pour attraper l'arrière de sa tête et le lancait fortement contre la même paroi de l'apparition. La force du choc fût telle que le soldat s'écroula au sol laissant sur l'apparition déjà violette, son sang s'échappant de sa bouche.

Personne n'avait entendu le combat du fait du vacarme du champ de bataille et des tirs de l'apparition juste à côté. Je commencai à grimper sur le blindé par le côté droit, j'arrivai à hauteur de l'artilleur et dégainai mes deux fusils. Le soldat tourna la tête, m'apercu et mourru sous mes salves de plasma, presque à bout portant, son casque avait littérallement fondu. J'attrapai le cadavre de l'artilleur pour l'extraire du blindé et le jetter au sol, puis j'activai une grenade à plasma que je laissai tomber au fond de la place vide d'artilleur avant de sauter à une distance de sécurité.L'apparition explosa alors que les tirs de plasma continuaient toujours de pleuvoir. J'avais probablement sauvé la vie de plusieurs Kig-Yar, en prenant celle de plusieurs Sangheilis. Je me mis à courir vers la seconde et derniere apparition, sauf que l'artilleur m'avait vue et commença à me tirer dessus avec le canon à plasma du véhicule. je me mis à couvert et tirai une salve à l'aveugle, le bouclier du soldat grésilla, il arrêta de tirer, je sortis donc de ma cachette.
Je sautai rapidement sur l'apparition mais l'artilleur avait déjà pivoté le canon dans ma direction. J'étais très proche de lui, je sentais le bout de l'arme toucher mon armure. Je regardai l'artilleur dans les yeux, celui-ci ricana. Il allait tirer, ces tirs m'auraient été fatals. Mais un long trait violet/bleu traversa la tête du soldat de gauche à droite avant que celui-ci ne s'écroule sur son arme.

- Un de moins ! S'exclama Jek dans la liaison com.

Il venait de me sauver la vie, sur le coup je ne l'avais pas remercié, mais au fond de moi, je lui était reconnaissant et je le savais.
Je détruisis l'apparition comme la premiere. Les véhicules Religieux étaient hors d'êtat de nuire. De leur côté, les Kig-Yar avaient bien éliminés les forces ennemies, il n'en restait plus beaucoup en êtat de combattre. J'entrai dans la premiere ligne ennemie, il y avait beaucoup de cadavres et des blessés en train de se tortiller. Je progressais parmi tous ces morts, sur toute la longueur de la tranchée. Je marchais dans une mare de sang. Du sang, que je connais très bien... Celui de mon peuple.

J'arrivai à la fin de la tranchée, c'était un trou en forme de cercle, il était assez grand pour y poser un Ectoplasm. À ce moment là, j'entendis un bruit familier. Trois épées s'allumèrent presque en même temps. Trois Sangheilis étaient autour de moi en triangle. ils voulaient me combattre, me tuer. J'allumai mon épée moi aussi.

- Ne soyez pas stupides, rendez vous. Je ne veux pas vous tuer comme j'ai tant fais aujourd'hui.

Cette phrase ne sembla pas fonctionner, l'un d'eux leva son arme dans ma direction il allait être le premier à mourir.
Il se jetta directement sur moi pour me donner un coup droit. Il semblait impatient d'en finir, dommage pour lui, je parai son coup avec facilité et dégageai fortement sa lame avec la mienne, ma force le fit reculer et il ramena son bras armé le long de son corps, je fis un bref pas en avant et amena d'une grande vitesse ma lame en avant. Les deux pointes pênetrèrent son abdomen mais je n'étais pas aller trop loin, seulement le bout de mon épée était planté dans son corps, mais le plasma devait assez le faire soufrir. Je m'approchai de lui sans lui planter d'avantage l'arme. Il avait du mal à respirer. J'amenai ma main gauche vers son épée et la pris par le manche, le désarmant.

- Tu aurais du partir. Tu es mon ennemi mais saches que je serais heureux de savoir que tu as trouvé le chemin vers un monde meilleur, adieu.

Sur ces mots je mis toute ma force dans mon bras pour soulever horizontalement le Sangheilis, puis j'inclinai mon épée pour que son corps glisse sur ma lame jusqu'à toucher le manche. J'appuyai son cadavre sur mon épaule et retirai ma lame. Je posai le cadavre par terre, son sang se mêla avec l'eau d'une flaque.
Je regardai longuement ce cadavre mais je n'avais pas pour autant oublié les deux autres, ils foncèrent tous les deux sur moi, à ma gauche et à ma droite. Je me laissai tomber à terre juste avant qu'ils n'arrivent sur moi et par leur médiocre expérience. Ils s'entretuèrent et tombèrent chacun de leur côté.

Les derniers survivants s'étaient rendus. Tous ces blessés, ennemis ou non, seront soignés. Beaucoup de sang à couler autant du côté Sangheili que du côté Kig-Yar et la pire des choses qui m'est venue de penser, c'est que ca n'était que le début.

J'avais mal au côté droit. Je ne pouvais pas savoir si c'était une blessure ou une courbature. Il y avait tellement de sang sur mon armure que je ne pouvais différencier le mien de celui des autres. Après tout, Religieux ou non, leur sang, est le mien...

Akamee
Apprenti
Apprenti

Messages : 49
Date d'inscription : 10/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

[Halo] Nol Akamee, simple mais vivant... Empty Re: [Halo] Nol Akamee, simple mais vivant...

Message  Akamee Jeu 1 Juil - 15:41

Chapitre 10 : Le Life n'appartient qu'à moi.


<10:15, 28 mai 2573>
<Avant poste Kig-Yar, en dessous de "l'Avenir">
<Eayn>


La bataille venait de se terminer depuis à peine plus d'une heure. Les morts étaient... entassés. Cela rappellait des mauvais souvenirs. Il y avait une douzaine de prisonniers en train d'être transférer sur le vaisseau. Certains me dévisagaient en passant à côté de moi, d'autres semblaient perdus dans une guerre à laquelle ils n'auraient jamais voulu participer. La vrai victoire après une bataille ne se compte pas en "quel camp a tué le plus d'ennemis". Elle se compte sur "quel camp a eu le moins de perte".
Car dans une guerre, chaque soldat mort est une défaite. Le combat gagné est celui que l'on évite de mener. Mais celui-ci était inévitable. Les Religieux s'étaient lancés dans une invasion avec des troupes réduits contre l'une des races les plus évoluées technologiquement. C'était du suicide et ils étaient déjà en déroute, c'était aux Kig-Yar d'attaquer.

Je quittai les prisonniers des yeux pour marcher un peu sur ce terrain meurtrie par le plasma et nourrie par le sang.
L'herbe verdoyante avait laissée sa place à un gazon brun dévoré par les flammes et écrasé par des tonnes de cadavres. C'est toujours le même résultat, ça l'a toujours été. La guerre c'est moche. Mais c'est nécessaire.

Je reçu une communication venant de "l'Avenir". Je l'écoutai.

- Leurs troupes sont réduites, nous allons lancer l'attaque sur les divers vaisseaux ennemis posés dans les environs mais je manque d'officiers. Nous avons pus identifier le "Life this War" stationné dans un cratère à 15 kilomètres à l'Ouest. J'ai pensé que vous aimeriez y mener l'assaut.
- Bien entendu. Je reprendrais le contrôle du vaisseau et tuerais personnellement celui qui a osé m'en séparer. Répondis-je.
- Vous n'aurez pas beaucoup de difficultés à vous en débarasser j'imagine.
- Celui-ci n'est pas comme les autres. Je ne peux pas en dire plus.

Je coupai la liaison et me dirigeai vers Jek qui était appuyé le dos contre un rocher. Je lui expliquai nettement la situation. Je lui rêvelai également ce que Vifenee avait de spécial par rapport aux autres Sangheilis. Cela ne semblait pas vraiment l'effrayer.

Peut être que par le fait d'être un tireur isolé, il se sentait en sécurité mais il devait quand même être au courant qu'il fallait se méfier de Vifenee, j'ai vu de quoi il est capable. Il est doté d'une grande force et ne ressent plus rien que de l'ammusement à chaque vie qu'il arrache avec ses griffes.

Nous prîmes connaissance de l'endroit où s'était posé le "Life". Ce cratère était l'emplacement exacte du générateur du bouclier planêtaire, c'était un immense gouffre encerclé par de hautes montagnes. Ce relief empêchait une quelquonque attaque directe avec les Ectoplasm. Les véhicules terrestres avaient donc étaient mobilisés. J'étais soutenu par 20 Kig-Yar armés de carabines et de fusil à plasma. Jek était cette fois ci le seul sniper. Une apparition fut débarquée par un Ectoplasm, Jek et moi grimpâmes sur l'avant, les autres véhicules de transports étant déjà pleins avec la troupe de fusillers.
L'apparition n'allait pas très vite comparé aux véhicules de transports devant mais les petites brises de vent qui s'engouffraient dans mon armure me faisaient du bien.
En regardant Jek un bref instant je n'avais pas remarqué qu'il était pas seulement équipé d'un fusil de sniper. Il était en train d'inspecter son arme de plus courte portée. Cela ressemblait à un Needler mais ça n'en était pas un.

- Qu'est-ce ? Demandai-je en lui montrant l'arme.
- Ah ça ? Nous en avons acheté aux Unggoy. C'est une version améliorée du Needle Rifle qui à ce qui parait, a été utilisé il y a bien longtemps par l'alliance covenante avant d'être retirée parce qu'elle était trop couteuse. Les Unggoy en ont fait une arme à une main, plus précise, plus percante. Je l'utilise pour la courte portée en même temps que mon bouclier.
- Intéressant. Les Unggoy ont d'autres armes du genre ?
- Oui mais la fédération n'achète que des carabines et des Needle Rifle V2 principalement. Les Unggoy nous font une remise en échange d'une protection.
- Ils s'en sont bien sortis finalement. Affirmai-je.
- Oui mais ils ne font pas l'unanimité... Comme toujours...
- Qui ?
- Devine...
- Les San'Shyuum... Soupirai-je alors que Jek acquiesa.

En apprenant ces nouvelles sur les Unggoy je me rendis compte que notre peuple n'avait pas vraiment gardé des liens avec les autres races. Nous ne savions pas ce qui se passait autre part que sur Sanghelios. Ni qui était aux commandes de quel peuple...
Alors qu'au contraire, toute la galaxie devait déjà être au courant des récents êvenements. Le coup d'état, les massacres, le changement de régime... l'invasion d'Eayn.
Je demandai à Jek de me raconter son histoire pour faire passer le temps

- Moi ? Bah... Ca ne fait que trois-quatre ans que je suis actif niveau militaire. Normalement j'aurais du rejoindre les troupes de premieres lignes, ceux qui se font tuer avant de pouvoir tirer. Mais j'ai prouvé que je savais viser et me voila l'un des seuls sniper mâle de la flotte. Bien sur, il y a des tireuses qui me surpassent de loin mais je ne me débrouille pas trop mal. C'est à peu près tout ce qu'il y a à savoir sur moi. Et toi maintenant que tu en parle ? Tu dois avoir plein de choses à raconter !

- Ah... tellement de choses que je ne sais pas par quoi commencer. Je me suis engagé lors du recrutement de masse de 52. Un jeune soldat de 19 ans dans une armée. La 8ème de Colonisation, l'une des premieres à arriver sur Terre. Je pensais faire une carrière comme les autres mais... Ca n'était pas vraiment cela. Des problèmes personnelles en passant par la trahison de l'alliance, le génocide... J'ai vite était promu, pour mes compétences ou parce qu'il fallait des officiers, je ne peux pas dire... Quand la grande guerre s'est terminée. On m'a fait passé pour mort pendant de nombreuses années. Pendant ces années, mon fils est né, je ne l'ai pas vu grandir, je n'ai pas pu l'entendre dire "Père" pour la toute premiere fois. Quand il m'a retrouvé, j'étais heureux. Mais après... Quand il est mort pour moi... J'étais fier, très fier de lui mais au fond de moi, j'ai eu mal, terriblement mal.

Cela m'otait d'un poids de partager mon histoire avec quelqu'un d'autre, quelqu'un qui me comprenait. J'avais toujours preferé garder mon passé pour moi.
Le vent soufflait toujours aussi légèrement. Le doux bruit des rivières environnantes couvraient presque celui des véhicules blindés qui progressaient sur ce sol. Je regardai en l'air, les explosions avaient céssées de déchirer le ciel, je regardait attentivement cet espace vide de vaisseaux, vide de débris... Mais quelque chose passa non loin au dessus de ma tête : Un barreau de couleure verte.

- Combustible !! Hurla un Kig-Yar.

Jek et moi sautâmes de l'apparition pour attérir sur le sol juste avant qu'un barreau frappe celle-ci de plein fouet. J'étais par terre et sonné par l'explosion, j'entendais un long sifflement et ma vue était trouble. J'amenai ma main vers mon visage pour me frotter légèrement les yeux puis je repris mes esprits.
L'apparition ne flottait plus, une flamme bleue s'échappait du canon. L'artilleur était avachi sur son canon à plasma, le pilote réussi à sortir et à extraire le Kig-Yar insconscient de son poste d'artilleur. Il le traina sur quelques metres avant que l'apparition n'explose. Heureusement aucun mort n'était à déplorer après cette explosion, juste un blessé.
Jek était couché dans l'herbe, le temps de réperer la provenance des tirs, quand il eu terminé il se redressa accroupi et se mit en joug avec son fusil de sniper. Quelques secondes plus tard il arrêta de viser pour mettre son bras droit devant lui et activer son gantelet de défense. Le bouclier encaissa quelques tirs de plasma.

- Il y a un sentier entre les montagnes droit devant nous, il est gardé par 4 canon à plasma ! Dit il.
- Tu peux les avoir ?
- Non, ils veulent pas me lâcher.

Je pris en main mes jumelles et regardai en direction des canons. Au dessus d'eux se trouvait le soldat armé du canon à combustible. Il était sur un rocher et se tenait prêt à ouvrir le feu sur nos véhicules.

- Celui sur le plateau un peu plus haut à gauche, tu peux l'avoir ? Demandai-je.
- Oui mais va falloir attirer les tirs de plasma pour que je puisse prendre mon temps pour viser.

Je reflechissai un instant, la troupe de Kig-Yar était déjà reduité à 12 par le fait que deux véhicules de transports avaient étaient détruit avec leur équipage à l'intérieur. Je pouvais attirer les canons à plasma mais mon bouclier n'allait pas résister longtemps à 4 canons. Il me fallait une meilleure résistance.

- Passes moi ton gantelet je me charge de la diversion.
- D'accord prend en soin. Répondit Jek en retirant son gantelet de défense et en me le lançant.

J'attrapai le gantelet et le mettai autour de mon poignet et après avoir regarder le petit oeil blanc quelques secondes, j'activai le bouclier puis me mis à courir sur le champ de bataille en tirant avec mon fusil à plasma.
La longue distance me séparant des canons rendit mes tirs inéfficaces et je reçu quelques tirs de plasma alors que certains passaient pas très loin de moi. Le bouclier était utile, il me protêgait grandement mais pas totalement. Je m'en rendis compte quand plusieurs tirs m'atteignants aux jambes firent grésiller mon bouclier. Je criai à Jek.

- Tu peux tirer ?!
- Oui je suis en position.
- Vas y transperce lui la tête, je ne tiendrais pas encore longtemps.
- J'ai un meilleur endroit où viser...

Il tira, je vis la longue trace bleutée puis une explosion se produisit à l'endroit visé, des rochers s'écroulèrent sur le sentier, sur les artilleurs des canons. L'explosion était verte.

- Comment tu...
- Un tir, cinq morts ! Cria Jek. J'ai tiré directement sur la main du soldat au moment ou celui-ci rechargait son canon à combustible et... boum. Ajouta il.
- Alors la... Je suis époustoufflé.

Les ennemis avaient étaient éliminés avec une rapidité extreme mais le seul problème était que le sentier était maintenant impossible à passer avec les véhicules.
Nous nous arrêtions devant lui pour observer.

- Hmm... Si on essaie de déblayer, on en a pour des heures. Avoua Jek.
- Oui et des renforts ennemis arriveront avant que l'on finisse... Je sais. Que les autres restent ici, nous deux, nous allons passer par les montagnes, de là haut, tu auras la meilleure vue pour abattre les gardes s'il y en a encore.

Jek acquiesa ainsi que les autres Kig-Yar, ils resteraient pour garder les alentours et essayer de déblayer le chemin pour venir en renforts de derniere minute. Jek et moi commencâmes à escalader les rochers pour arriver sur des plateaux assez haut. Il ne devait pas y avoir beaucoup de gardes dans le coin et le vaisseau devait être à une cinquentaine de metres plus loin.
Après quelques minutes de marche, j'entendis trois bruits aigüs consécutifs puis le bruit de rochers qui dégringolaient. Je regardai par dessus le bord de la corniche ou j'étais et vis le cadavre d'un Sangheili avec trois aiguilles violettes dans le dos.

Celles ci explosèrent quelques secondes plus tard. Jek m'appella d'un plateau un peu au dessus, c'était de là que le garde était tombé.

- Pas mal cette arme non ? Vanta il.
- En effet.
- Tir par rafale de trois, explosion des aiguilles commandées par un petit bouton placé sur le flanc droit de l'arme.

Je ne prêtai pas trop attention à ce qu'il disait, je regardai encore le cadavre. Le dos maintenant déchiqueté me fit finalement dévier le regard.
Nous arrivions au bord d'une nouvelle corniche, cette fois ci elle donnait directement sur le cratère, je pouvais y voir mon vaisseau. Il n'était pas gardé, c'était étrange, très étrange.
Je sautai depuis la corniche elle était à peine à 5 metres du sol, Jek devait y rester pour m'appuyer en cas d'embuscade. J'étais maintenant dans le cratère, je m'approchai de l'ascenseur gravitationnel, celui-ci s'ouvrit et s'activa. Quelqu'un allait descendre. Une voix se fit entendre dans tous le canyon.

- Enfin vous voila, Akamee.

Cette voix... J'esperais justement l'entendre à ce moment précis. Vifenee...

Akamee
Apprenti
Apprenti

Messages : 49
Date d'inscription : 10/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

[Halo] Nol Akamee, simple mais vivant... Empty Re: [Halo] Nol Akamee, simple mais vivant...

Message  Akamee Sam 17 Juil - 13:33

Chapitre 13 : Eayn n'est pas tombé.



<13:54, 28 mai 2573>
<Cratère artificiel, en dessous du "Life this War">
<Eayn>


Après chaque combat, je me posais une question : que dois-je ressentir ?
Ici c'étais évident, la premiere chose qui me travrsa l'esprit fût la douleur. J'ai tellement étais blessé dans ma vie mais chaque blessure en est une nouvelle, on ne s'habitue jamais vraiment à cela... On essaie juste de cacher le fait que l'on souffre, pour paraître fort.
Mes mains tremblaient légèrement mais je savais les contrôler, le meilleur moyen de retrouver au mieux mes capacités était de marcher. Alors je marchai...
Mon premier obstacle s'averait être le corps de Vifenee. Il était raide, le regard vide, il n'y avait pas vraiment d'expression sur son visage. Il devait être habitué à ne rien ressentir mis à part sa "supériorité" sur les autres. Il avait une main posée pas très loin de son coeur, là où était plantée mon épée. À ce moment précis, voir cette épée clignoter me dégoutais. Je l'arrachai de son corps.

- Qu'est-ce que tu faisais ?! Demandai-je sèchement à l'arme.
- Même mort, il concentre beaucoup d'energie, j'ai crus bon de...
- Non.

Elle s'était empréssée de commencer à voler ce qui restait d'energie vitale à Vifenee, pour son bien personnel ou le mien le résultat était le même, je refusais. Je ne pouvais pas faire grand chose à part lui refuser des actions, j'ai besoin de cette épée. J'en ai besoin.
Je continuai ma marche en contournant le corps de Vifenee par la droite. Je voyais Jek quelques metres plus loin, je me dirigeai donc dans sa direction. Mais je semblai tomber vers l'avant, mon genou gauche cogna le sol, ma jambe gauche m'avait momentanément lâchée.

- Aller... Je dois continuer. Me dis-je pour m'encourager moi même à me relever.
- Tu n'es plus tout jeune Nol.
- Silence ! Temps que le sang circulera dans mes jambes je pourrais marcher.

C'est sur ces mots que je me relevai. Et continuai...
J'arrivais devant Jek, il n'avait pas eu de chance et aurait mérité de vivre mais... pourquoi ? Pourquoi n'avait il pas tiré une seconde fois sur Vifenee ? Il l'aurait tué, et s'en serait sorti vivant. Pourquoi a il fait cette erreur ?!
...Je parle mais sans savoir. Je me doutai soudainement de quelque chose. Je m'accroupis à côté du corps du Kig-Yar puis pris possession de son fusil de sniper. Je me mis en joue, visant un rocher un peu plus haut, puis je tirai.

"Clic"

C'est tout... ? C'était donc ça. L'arme de Jek était déchargée, à ce moment précis. Étais-ce donc sa destiné de mourir ici ? Peut être car il est mort avant tout pour Eayn. Les Kig-Yar. Eux qui ont été longtemps critiqués de part leur façon de changer de camp pour de l'argent, les contrebandes, les désertations... Il y avait bel et bien une face cachée à connaître sur cette race que l'on semble connaître sur le bout des doigts. Le patriotisme. Moins puissant que les Sangheilis, les Kig-Yar ont tout de même réussis à défendre leurs terres avec grande efficacité.
Bien évidemment, cela recommence... Tout être vivant qui se rapproche de moi... Non je dois vraiment me sortir cette idée de la tête.

Un bruit attira mon attention, je tournai la tête pour regarder vers le ciel, un Ectoplasm.
Le vaisseau vint rapidement se stationner pas très loin de ma position et larguer une bonne dizaine de Kig-Yar qui prirent position dans le secteur, plusieurs autres vaisseaux de largages suivirent par la suite et déposèrent de nombreux soldats qui empruntèrent l'ascenseur gravitationnel pour entrer dans le "Life this War".
L'un de ces Ectoplasm déposa Mel.

- Ca va aller ? Me demanda elle.
- Rien de grave... Ce n'est pas le cas pour tout le monde.
- Il a fait son devoir, comme beaucoup. Et j'ai ma petite impression que "Rien de grave" c'est juste pour essayer de nous impressioner Akamee. Akamee ? Ah... Appelez l'équipe d'assitance médicale !


<17:23, 28 mai 2573>
<Infirmerie du Quai principal d'Eayn>
<Eayn>


J'ouvris les yeux. La premiere sensation était celle du bien être. J'étais couché sur un lit confortable. Je preferais cela au sol rocailleux du cratère mais où est-ce que je pouvais bien être ? La lumière forte dans cette pièce faisait briller les murs bleus.

Je m'asseyai.

- Non ! Cria une voix.
- Qu...

Je ne pus terminer que je fus poussé en arriere pour me retrouver en position couché.

- Non cela fait 3 heures seulement que vous avez été soigné et je vous interdit de bouger !
- ...
- Attention j'ai des sangles pour vous forcer à ne pas bouger.

Ce Kig-Yar m'ennuyais déjà... Je me levai très rapidement.

- Ahhh vous allez réouvrir les blessures ! Beugla il.
- Où sont mes affaires ? Je n'est en aucun cas besoin de rester ici plus longtemps.
- Bon... Voyez dans l'armoire juste à côté de la porte.

J'ouvris la dîte armoire et y trouvai mon plastron accompagné du haut de la combinaison de combat, mon casque et mes armes. Je m'équipai rapidement puis je sortis de l'infirmerie.

- Merci beaucoup. Dis-je au médecin.
- Oui oui, partez, allez réouvrir vos blessures et vous vider de votre sang ailleurs qu'ici !

Je me retrouvai directement sur un quai ou été amaré plusieurs vaisseaux dont le mien. Je voyai plusieurs Kig-Yar devant l'ascenseur, il y avait Mel. Je m'approchai en regardant le nom des vaisseaux. Nombreux été des vaisseaux Kig-Yar. En fait, deux des notres ont puts être repris : Le "Life this War" et le "Shadow of Intent". Il faudra que je ramène les deux.
J'arrivai devant l'ascenseur du "Life".

- Déjà rétabli ? Demanda Mel.
- Oui. Alors ? C'est fini ?
- En effet, nous avons pu capturer et autre vaisseau, les autres sont détruits ou inutilisables, les équipages sont emprisonnés.

Vous nous avez beaucoup aidé. C'est à notre tour maintenant.
- Je vais ramener le "Life" et le "Shadow" sur Sanghelios, ne vous inquietez pas ils me laisseront passer. J'aurais juste besoin d'un équipage pour chaque vaisseau.
- Bien sur. J'espere que vous pourrez sauver les votres, vous avez notre soutien.
- Merci.

Je remarquai que les Kig-Yar étaient en train de charger une caisse aparemment lourde à bord du "Life".

- Qu'est-ce ?
- Le prototype d'une nouvelle arme produite par les Unggoys. Le Fusil à Propulsion NL.
- Cette arme semble lourde. Qu'est-ce que "NL" et pourquoi la charger sur mon vaisseau ?
- "NL" signifie Needle, cette arme tire donc des aiguilles, une seule en fait. Pour répondre à votre seconde question, l'arme est un fusil de préicision mais trop lourde pour que nos soldats puissent la porter même à deux. Elle est équipée d'une lunette de grossissement X 12 et son projectile peut perforer n'importe quel blindage. Une telle puissance comporte un désavantage : l'arme ne peut tirer qu'une seule fois. Elle devient inutilisable par la suite. J'ai donc pensé que vous aurez la force de porter un tel engin qui vous sera probablement utile.
- Intéressant. Merci beaucoup, je m'en servirais quand il le faudra.

Un Kig-Yar descendit de l'ascenseur pour nous prevenir que le "Life" était prêt au décollage. Il en était de même pour le Shadow.

Mel mobilisa deux équipages qui arrivèrent rapidement. J'allais partir.

- Bien, je crois que c'est le moment de nous dire aurevoir. Dis-je à Mel.
- Mmmh... j'ai la petite impression que nous nous reverrons Akamee.
- Vous serez toujours les bienvenues sur Sanghelios. Quand la paix reignera à nouveau sur la planète.
- Vous allez y arriver j'en suis sure.

L'ascenseur gravitationnel me permit d'entrer dans mon vaisseau. Cela me faisait chaud au coeur. Sanghelios, tiens bon, j'arrive.

Akamee
Apprenti
Apprenti

Messages : 49
Date d'inscription : 10/06/2010

Revenir en haut Aller en bas

[Halo] Nol Akamee, simple mais vivant... Empty Re: [Halo] Nol Akamee, simple mais vivant...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum